Les défis de la langue française à Toronto

Partagez
Tweetez
Envoyez

La francophonie torontoise est une minorité dans une majorité de minorités. Il est donc important de faire le point de temps à autre sur ce que cela signifie que d’être francophone dans la métropole canadienne.

Voilà pourquoi les réflexions que Yves-Gérard Méhou-Loko a partagées, vendredi dernier, au quartier général de la Police de Toronto ont été bien appréciées par les personnes qui avaient accepté l’invitation du Comité consultatif communautaire francophone du chef de police de la ville de Toronto de venir célébrer la Journée internationale de la Francophonie.

«Les multiples vagues d’immigration, les guerres, les conquêtes, les défaites auront ainsi façonné l’histoire des Franco-Ontariens.»

«Dans leur histoire, les francophones de l’Ontario ont eux aussi connu l’immigration, mais pendant longtemps l’immigration n’a pas amené de francophones en Ontario amenuisant progressivement le poids de cette population sur la démographie ontarienne. Ainsi, si les Franco-Ontariens représentaient plus de 10% de la population au début du 20e siècle, ils ne représentent aujourd’hui que 5% de la population de la province.»

Outre le rattrapage à combler en immigration, le conférencier a invité ses auditeurs à préparer soigneusement l’avenir de la communauté.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Dans les prochaines années, les francophones de Toronto seront confrontés à une incompréhension d’une partie de la population qui saisit très mal la nature des revendications linguistiques des francophones. Il est important que nous prenions les devants, en tant que francophones, pour nous faire connaître de l’ensemble de la population et pour lui faire comprendre l’importance que nous avons quant à l’épanouissement de l’ensemble de la collectivité.»

D’origine béninoise, Yves-Gérard Méhou-Loko est né en banlieue parisienne. Après plusieurs séjours au Bénin, au Togo et à Chypre, c’est en 1988 qu’il s’établit à Québec. Après un Baccalauréat international au Petit Séminaire de Québec, il entreprend des études en économie et en sciences politiques à l’Université Laval, puis à l’Université du Québec, à Montréal.

Dès 1998, il entreprend une carrière de journaliste comme reporter au FM 103.3 à Longueuil, puis comme directeur de l’information. Depuis 2002, il est animateur à la Première chaîne de Radio-Canada. Après un séjour de plusieurs années dans l’Ouest canadien, avec des passages à Regina et Edmonton, il est l’animateur de l’émission matinale Y a pas deux matins pareils à Toronto depuis septembre 2011.

* * *
Le texte de l’allocution de Yves-Gérard Méhou-Loko

* * *
À lire aussi dans L’Express: La police de Toronto fête aussi la francophonie

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur