Coïncidence opportune: des commissaires linguistiques de partout à Toronto

Mais le CSF pourra-t-il accueillir l'AICL comme prévu?

commissaire

L'Association internationale des commissaires linguistiques compte 11 membres, mais d'autres pays pourraient y adhérer.


30 novembre 2018 à 16h00

Protéger des minorités linguistiques — Bâtir des sociétés plus fortes : c’est le thème qui sera abordé lors de la 6e conférence annuelle de l’Association internationale des commissaires linguistiques (AICL), qui se tiendra à Toronto les 26 et 27 juin 2019.

Un rendez-vous plus que symbolique par les temps qui courent pour l’hôte de ce rendez-vous, le Commissariat aux services en français de l’Ontario, qui cessera bientôt de relever de l’Assemblée législative pour être intégré à l’Ombudsman de la province: une rétrogradation.

Qu’ont en commun un Néo-Brunswickois, un Irlandais et un Flamand? Ils ont tous des commissaires linguistiques qui les représentent et qui sont là pour faire respecter leurs droits.

Ces commissaires se retrouvent au sein de l’AICL dont l’un des objectifs, outre la promotion, l’égalité et la diversité linguistiques, est «d’améliorer la connaissance et la compréhension du rôle et de l’importance des commissaires linguistiques parmi les gouvernements».

Forte présence canadienne

L’AICL compte 11 membres, dont près de la moitié proviennent du Canada (deux provinces, deux territoires et le commissaire aux langues officielles). Les autres membres sont irlandais, écossais, flamands, basques, kosovars et catalans. Le site est traduit en 13 langues, dont l’inuktitut et le serbe.

Selon les pays, la nomination des commissaires se fait soit par le président directement, soit par l’Assemblée législative ou le parlement sur recommandation d’un premier ministre, par exemple.

commissaire
Le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau (3e), dînait récemment à Ottawa avec son homologue fédéral Raymond Théberge, le commissaire par intérim du Nouveau-Brunswick Michel Carrier, et l’ex-commissaire fédéral Graham Fraser. (Photo: Facebook)

Un commissaire plus proactif qu’un ombudsman

Parfois, certaines régions n’ont pas de commissaire, mais plutôt un ombudsman linguistique, l’important étant de s’assurer qu’une plainte soit examinée en toute indépendance.

Cependant, Jérémie Séror, professeur agrégé à l’Institut des langues officielles et du bilinguisme (ILOB) de l’Université d’Ottawa, estime quant à lui que la différence entre un ombudsman linguistique et un commissaire linguistique n’est pas anodine.

«Évidemment, tout dépend du mandat, mais, en général, un commissaire est plus proactif. Un ombudsman attend les plaintes. C’est peut-être symbolique, mais en matière de langue, les symboles sont importants.»

Commissariat aux services en français de l'Ontario
Le commissaire François Boileau présentant son 11e rapport annuel intitulé Se projeter, se préparer, à Queen’s Park le 18 juillet dernier.

Un impact sur l’événement?

Les membres de l’AICL ont la possibilité de se réunir annuellement lors d’une conférence internationale, pour mettre en commun leurs expériences, échanger des ressources ou des recherches en matière linguistique de manière à ce que les commissaires puissent «remplir leur rôle dans le monde entier» selon des «pratiques exemplaires et des normes d’excellence».

Au bureau du directeur du Commissariat à la langue irlandaise à An Spidéal, dans la région de Galway, en Irlande, Colm Ó Coisdealbha est au courant de ce qui se trame en Ontario, côté défense du français, les récentes décisions du gouvernement Ford pouvant avoir un impact sur l’événement torontois.

«L’AICL n’organise pas la conférence de Toronto.  À ce stade, cette responsabilité fut celle du Commissariat aux services en français de l’Ontario. Les organisateurs poursuivent leurs activités et efforts pour tenir l’événement tel que prévu.»

Dans la Ville Reine, François Boileau, le commissaire aux services en français de l’Ontario, certes déçu par la décision du gouvernement Ford d’abolir son poste car les Franco-Ontariens «vont perdre une voix», ne baisse pas les bras en ce qui concerne la conférence de Toronto.

Au moins 250 personnes attendues

Il refuse de croire que l’événement sera annulé après tous les efforts investis. «Pour l’instant, on va de l’avant. J’ai des scénarios alternatifs…» Il n’en dira pas plus, question de stratégie. Il précise cependant que la conférence de juin sera «d’une qualité exceptionnelle».

Selon le commissaire, au moins 250 personnes seront présentes avec de nombreux conférenciers et les inscriptions pourraient monter jusqu’à 400.

Conscient qu’avec seulement 11 membres, cela fait un peu familial, cette rencontre devrait permettre selon lui « d’aller chercher de nouveaux membres. On ne veut pas que ce soit un cercle fermé. On a ciblé plusieurs pays qui veulent devenir membre.»

AOMF
François Boileau a aussi participé, en novembre à Bruxelles, à la 20e assemblée de l’Association des Ombudsmans et Médiateurs de la Francophonie, qui compte 50 membres. (Photo: Facebook)

Chicanes plus ou moins violentes

Si la langue est parfois l’enjeu de tractations politiques voire de véritables chicanes, dans certains pays, la violence peut être au rendez-vous. «Souvent, quand je parle en public et que mon collègue du Kosovo est présent, je m’empresse de lui céder la parole, car là-bas, la langue a eu des conséquences beaucoup plus dramatiques qu’ici.»

Selon François Boileau, la qualité des intervenants présents à Toronto permettra d’avoir un bon portrait de la situation mondiale en matière de droits linguistiques.

langues officielles
L’Association internationale des commissaires linguistiques compte 11 membres, mais d’autres pays pourraient y adhérer.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Ségovie : une histoire endiablée

Ségovie est une ville du centre de l'Espagne, située à seulement 90 kilomètres au nord-ouest de la capitale Madrid. Son aqueduc a été construit...
En lire plus...

17 mars 2019 à 11h00

Rolling Stones et Hell’s Angels dans un polar français

Éditions de La Martinière
Le 6 décembre 1969, les Rolling Stones tiennent un concert sur le circuit de stock-car d’Altamont, en Californie. Les Hell’s Angels ont pour tâche...
En lire plus...

17 mars 2019 à 9h00

Quiz : Fêtes nationales

quiz
Quiz : Ne ratez pas les fêtes nationales les plus importantes.
En lire plus...

17 mars 2019 à 7h00

Star Wars débarque à l’Orchestre symphonique

TSO
Parce qu’heureusement, il n’est pas forcément nécessaire d’aller sur la planète Tatooine pour être projeté dans l’univers Star Wars, l’Orchestre symphonique de Toronto en...
En lire plus...

16 mars 2019 à 11h00

L’Acadie se donne rendez-vous en août

Du 10 au 24 août 2019, l’Acadie donne rendez-vous à toute la parenté et aux amis pour cette gigantesque manifestation de fierté culturelle pimentée...
En lire plus...

16 mars 2019 à 9h00

Vaccin-autisme: et si c’était le contraire?

Les données d'une nouvelle étude contiennent une possibilité que ce soit le fait de ne pas avoir été vacciné qui augmente les risques d’autisme.
En lire plus...

Les Maple Leafs célèbrent la St-Patrick en grand

C'était soir de fête à l'Aréna Scotiabank vendredi alors que les Maple Leafs recevaient la visite des Flyers de Philadelphie. Pour l'occasion, l'équipe locale...
En lire plus...

16 mars 2019 à 0h13

Répertoire des villes disparues: réfléchir l’inclusion

Répertoire des villes disparues
Répertoire des villes disparues, le plus récent long métrage de Denis Côté, un drame fantastique, est présenté au Tiff Bell Lightbox.
En lire plus...

15 mars 2019 à 17h17

Les Raptors maîtrisent les Lakers

Lakers
Malgré l’absence de leur maître à jouer Kyle Lowry, les Raptors de Toronto n’ont pas eu de mal à venir à bout d’une équipe...
En lire plus...

15 mars 2019 à 15h00

Paul Meslet : ode aux mots et à la chanson

Paul Meslet
Amoureux des mots, de la poésie, et de la chanson, Paul Meslet envoûte. Ce chanteur-poète français originaire de l’Ouest de la France (Angers) se...
En lire plus...

15 mars 2019 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur