Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Zhong Zhong et Hua Hua. (Photo: Qiang Sun et Mu-ming Poo / Académie chinoise des sciences)


18 février 2019 à 7h00

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où en sera-t-on dans un an?

Contrairement à ce que certains ont pu comprendre de la dernière nouvelle en provenance de l’Institut de neuroscience de Shanghaï, c’est bel et bien un macaque dont on avait modifié un gène — pour qu’il développe des troubles de son horloge biologique — qui a été cloné en cinq exemplaires.

Des centaines d’essais manqués

C’était il y a un an qu’on avait plutôt annoncé, au même Institut, avoir franchi l’étape des tout premiers singes clonés, et ce, après des centaines d’essais manqués (la technologie dite de transfert du noyau d’une cellule somatique, utilisée pour cloner la brebis Dolly en 1997, s’était avérée beaucoup plus difficile que prévu sur des singes).

Mais à présent que ce double obstacle est franchi, les chercheurs affichent clairement leurs ambitions: tester des médicaments sur des singes clonés à partir d’un individu dont on aurait spécifiquement modifié un gène pour le rendre porteur d’une maladie.

Maladies du cerveau

Les maladies du cerveau sont les plus souvent citées. Et bien qu’il s’agisse là de l’essence de la recherche médicale sur des souris depuis des décennies, la question éthique a surgi à la seconde même où a été annoncée la percée de Shanghaï.

Les cinq macaques sont nés il y a six mois, peut-on lire dans deux articles parus le 24 janvier dans la revue scientifique chinoise (de langue anglaise) National Science Review. Et ils souffrent tous les cinq de troubles du sommeil, ce qui tendrait à démontrer que le gène modifié a bel et bien été «copié» chez eux.

Considérations éthiques

Est-il éthique de poursuivre ces expériences sur des singes si cette technologie, parce qu’elle cible avec plus de précision, permet de sacrifier moins d’animaux?

C’est la défense qu’emploie sur toutes les tribunes le directeur de l’Institut de neuroscience, Mu-ming Poo, qui espère que son groupe sera le premier à créer de tels modèles de macaques clonés pour l’étude du Parkinson et de l’Alzheimer.

Sur un plan purement pratique, le singe coûte beaucoup plus cher en nourriture et en soins qu’une souris, ce qui, au-delà de toutes les considérations morales, pourrait être un frein à ce type de recherche.

Objectif national

De plus, de nombreuses universités, depuis 20 ans, ont mis fin à toute recherche sur des primates. Mais pas la Chine, notait la semaine dernière un reportage de la revue Nature: le plan quinquennal du pays en 2011, faisait de l’utilisation de primates pour créer des modèles animaux de maladies, un objectif national.

Le ministère de la Science y a spécifiquement injecté près de 4 millions $ en 2014.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La future fusée de la NASA a-t-elle encore une utilité?

science
La NASA prépare depuis 2011 une nouvelle fusée géante, appelée SLS, censée ramener les Américains en orbite, sur la Lune et même les envoyer...
En lire plus...

Le budget d’un gouvernement aux abois

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau profite d’une augmentation de ses revenus légèrement plus forte que prévu, ces deux dernières années, pour les réinjecter...
En lire plus...

21 mars 2019 à 16h30

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur