Clémence est comme nous

Hélène Pedneault avec la collaboration de Danièle Bombardier, Notre Clémence. D’amour et d’humour, biographie, Montréal, Éditions de l’homme, 2013, 416 pages, 29,95 $.

21 janvier 2014 à 13h01

Les fans de Clémence DesRochers se souviennent tous d’Odette et Valentine, toujours au téléphone, de Je vis ma ménopause et des Deux vieilles, pour ne nommer que quelques succès de Notre Clémence, titre d’une biographie que signe Hélène Pedneault avec la collaboration de Danielle Bombardier.

«Clémence, depuis cinquante ans, fait rire, émeut, dépeint, esquisse ses semblables, grossissant les traits, comme dans ses dessins d’enfant, pour chercher du sens. Et tous, mais surtout toutes, se reconnaissent.»

Clémence DesRochers est née le 23 novembre 1933 à Sherbrooke, ville de factries. C’est d’abord là qu’elle observe les gens ordinaires, les femmes effacées, les exploitées. Ce ne sont pas, à vrai dire, des sujets à chansons, mais Clémence compose La vie d’factrie pour dénoncer la condition lamentable des ouvrières dans les usines de coton.

«À coup sûr, il y a une filiation entre Clémence et le Fridolin de Gratien Gélinas […]; l’un et l’autre ont créé des personnages qui disaient des choses énormes sous le couvert de la naïveté la plus totale.» Clémence y ajoute une touche plus poétique qui agit comme baume ou un réconfort.

Formée pour devenir institutrice, Clémence n’enseignera que pendant un peu plus d’un an. Elle étudiera ensuite au Conservatoire d’art dramatique, mais ne complètera pas sa formation. Il n’y a pas de métier taillé à sa mesure. Qu’à cela ne tienne, elle en invente un qui lui permet de n’être rien d’autre qu’elle-même. «Elle n’a jamais eu à suivre la mode, puisqu’elle la précédait, elle la créait.»

Le spectacle est une chose grave pour Clémence, «pas une chose gratuite que tu fais par-dessus la jambe». Tout en cherchant à faire rire, elle a constamment abordé des sujets riches, de nature à toucher le plus de monde possible. «Je n’ai jamais fait la cute. L’écriture, c’est plus difficile que ça, et faire rire l’est encore plus.»

Les gens parlent d’Yvon Deschamps ou de Claude Léveillée, mais ils se réfèrent à Clémence tout court. Elle n’est pas le genre d’artiste qui développe de grandes théories existentialistes, plutôt l’effet miroir: «Je suis une fille qui ressemble à ben du monde, et ben du monde me ressemble. Je raconte en riant des choses tragiques, les gens se disent “elle est comme moi”.»

Le journaliste Louis-Marie Lapointe a écrit que «l’évangile selon Clémence est simple: les grands malheurs, comme les grands bonheurs, sont quotidiens avant tout, avant d’être politiques, métaphysiques ou cosmiques».

Clémence a toujours parlé ouvertement de l’alcoolisme de son père, a monologué sur sa ménopause, n’a jamais caché son âge, ni ses amours au féminin. Louise Collette est son agent et sa conjointe depuis quarante ans. Avec la chanson Deux vieilles, elle a «voulu chanter l’aspect amoureux et beau de la vie de deux femmes. C’est coast to coast que les gens vont connaître mon orientation sexuelle.»

On doit à Clémence DesRochers plus de quinze disques. Elle a aussi publié presque tous ses monologues et chansons, nombre de poèmes, mais également une pièce de théâtre et des nouvelles. Et on l’a vue évoluer dans des téléséries ou téléthéâtres tels que Les deux valses d’André Laurendeau, La famille Plouffe de Roger Lemelin, La côte de sable de Marcel Dubé, Le pain du jour de Réginald Boisvert et Hyménée de Gogol.

Parmi les artistes qui ont créé ou interprété des chansons de Clémence, il importe de mentionner Claude Léveillée, Pauline Julien, Louise Forestier, Renée Claude, Fabienne Thibeault et Dan Bigras.

Notre Clémence a d’abord paru en 1989. Cette nouvelle édition a été entièrement revue et mise à jour; elle s’appuie sur des extraits d’articles, d’entrevues et de lettres écrites en l’honneur d’une artiste de grande envergure. L’ouvrage est truffé de témoignages fort émouvants, notamment de Marcel Dubé, Jacques Normand, Michel Tremblay, Yvon Deschamps et Louise Latraverse.

Hélène Pedneault avec la collaboration de Danièle Bombardier, Notre Clémence. D’amour et d’humour, biographie, Montréal, Éditions de l’homme, 2013, 416 pages, 29,95 $.

Commentaires

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur