Claudette Paquin quitte TFO

Une pionnière de la télévision franco-ontarienne s'en va

Partagez
Tweetez
Envoyez

La directrice générale de l’OTÉLFO, l’Office des télécommunications éducatives de langue française de l’Ontario, quittera son poste au 31 août 2010. Celle qui a participé activement à l’autonomie de TFO et à la mise en ondes des premières dramatiques francophones en Ontario prendra une retraite bien méritée et souhaite ainsi profiter plus largement de sa vie de famille.

Après près de 20 ans passés dans la maison, Claudette Paquin aspire à plus de calme et de temps libre. Rédactrice en chef dans les années 2000, elle est devenue directrice générale de l’organisme lors de l’obtention de son autonomie en 2007. Sans aucun doute son plus grand souvenir.

Elle a donc annoncé son retrait de son poste, «parce qu’il était temps de partir», relativise-t-elle. «Le coup de barre, c’était de mettre en place le nouveau TFO, dans les nouveaux locaux, puis de laisser la place à quelqu’un avec de l’énergie et de l’imagination pour modeler une plate-forme et des contenus.

Mais on ne quitte pas si facilement un navire que l’on a aidé à voguer entre les écueils. Claudette Paquin souhaite que le temps qu’il reste jusque son départ en août puisse être mis à profit pour trouver un successeur et réussir ce qu’elle appelle un «transfert ordonné».

Il y a encore beaucoup de dossiers à traiter, et celui ou celle qui la remplacera devra avoir le temps de les découvrir.
Regardera-t-elle TFO d’un autre oeil? Bien sûr, Claudette regrette de ne pas avoir le temps de s’asseoir et de profiter de toutes les émissions que diffuse TFO. «Heureusement qu’on a les DVD ici», s’amuse-t-elle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Elle affirme par ailleurs que l’existence de dramatiques est très importante pour une communauté. «On peut dire bien plus que dans un reportage», affirme-t-elle.

Son départ va laisser un vide puisque Claudette Paquin était véritablement une pionnière de la télévision franco-ontarienne, comme le souligne la présidente du Conseil d’administration de l’OTÉLFO Gisèle Chrétien:

«C’est un pilier important de l’industrie télévisuelle franco-ontarienne que nous perdons avec le départ de Claudette. Elle a contribué à l’essor, non seulement de la chaîne TFO, mais également de la production indépendante franco-ontarienne. Entre autres, elle était l’instigatrice des premières dramatiques entièrement issues de chez nous; telles que FranCoeur et Météo +».

Pour assurer sa succession, le CA de l’OTÉLFO a mis sur pied un comité qui sera chargé d’étudier les meilleurs candidats possible pour la chaîne.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur