Cinéfranco veut se ressourcer auprès de la communauté

Du 5 au 14 avril au Royal

Partagez
Tweetez
Envoyez

À l’occasion de son 16e anniversaire, Cinéfranco revient à ses premières amours, en quelque sorte, en se réinstallant au cinéma Royal, dans le quartier de la Petite Italie. 25 longs métrages, un documentaire et six courts métrages seront présentés du 5 au 14 avril prochain.

Marcelle Lean et son équipe de programmation ont encore une fois choisi des films abordant de nombreux thèmes différents, avec toujours une petite préférence pour les films qui font réagir.

Invitée à parler de Cinéfranco lors d’un déjeuner-causerie organisé par une association francophone du nord de Toronto, Marcelle Lean s’est dite encore une fois surprise de l’accueil que lui ont réservé les membres de l’AFRY. «Les gens s’intéressent à Cinéfranco. Ça me surprend encore!», s’amuse Marcelle Lean.

«Je suis surprise, parce que chaque année c’est un recommencement et on ne sait jamais ce qui va intéresser les gens avec la programmation.»

Pour faire venir le maximum de personnes aux projections, Marcelle Lean prépare au public un savant mélange de genres, avec des films dramatiques, comiques, poignants, tout en favorisant le cinéma franco-canadien.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ceux qui connaissent Marcelle savent que la condition féminine et les histoires de l’Afrique du Nord sont des sujets lui tiennent particulièrement à cœur. Elle est parvenue à rassembler ces deux thèmes grâce au film égyptien Les femmes du bus 678.

«On vit une certaine réalité que ce soit relaté, c’est très bien. Un film c’est le reflet d’une pensée et ce que le réalisateur nous propose c’est une fenêtre vers une façon de réagir. Ce sont aussi des thèmes qui stimulent l’esprit. L’objectif c’est quand même de faire parler, et de motiver le public à parler aux autres», explique la directrice du festival du film francophone de Toronto.

Pour ceux qui préfèrent les comédies, l’équipe de programmation a préparé une sélection originale dont La Clinique de l’amour ou Mince alors!

Devant un film fort, on pleure, on rit, on se tourne vers ses amis, ou vers de purs inconnus en espérant croiser un regarde d’approbation, partager une émotion. Voilà tout le bien que Marcelle souhaite donner à son public.

Programmation hétéroclite

Venus du Canada, de France, de Belgique, d’Égypte, les films présentés à Cinéfranco jouent sur le côté universel des émotions pour toucher un public autant anglophone que francophone.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«On a toujours une programmation hétéroclite qui essaie d’attirer une différence variété de gens. Pourtant j’ai encore peur que certaines facettes de l’humour soient trop culturelles. Mais c’est aussi le fait qu’on montre des films différents, qui n’ont pas le même rythme ni les mêmes préoccupations que les gens viennent à Cinéfranco. Un film reste un voyage dans une société; les films dépaysent», soutient Marcelle Lean.

Et pour cette 16e édition, Cinéfranco pourra compter, en plus de l’appui de la communauté francophone, celui de la communauté locale de la Petite Italie qui selon Marcelle Lean, fréquente beaucoup le cinéma Le Royal.

«On est retourné là-bas pour des raisons de visibilité. Au TIFF on avait un manque de visibilité et un manque de promotion. C’est un peu ça qui nous a découragés. Au Royal, on peut mettre des affiches, on a l’exclusivité et c’est de plain-pied. Les gens peuvent passer et entrer voir ce qui se passe. Cinéfranco est un festival communautaire qui veut se sourcer et se ressourcer parmi les gens de la communauté», conclut Marcelle Lean.

Courts-métrages

Par ailleurs, Cinéfranco a tissé des partenariats avec le Front des réalisateurs indépendants canadiens et le Labo pour organiser une série de projections gratuites de courts-métrages, le 4 avril au cinéma Carlton, ce qui permettra aux trois organismes de faire la promotion de l’événement et ainsi toucher un public plus large.

Le 6 avril, au cinéma Royal, Cinéfranco présentera son propre programme de courts-métrages, et la projection sera suivie d’une conférence qui réunira les réalisateurs des films.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La Clinique de l’amour («Je me suis vraiment marrée!»)
Les femmes du bus 678 («Très impressionnant»)
Cassos
Ce que le jour doit à la nuit
One to One
Joker: Tango

* * *
À lire: d’autres articles de L’Express sur Cinéfranco

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur