La communauté francophone de Sault-Ste-Marie veut se rebâtir

Après la déclaration d’unilinguisme en 1990 et les excuses en 2010

Le Voyageur
Des gens du Centre francophone de Sault-Sainte-Marie.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le Centre francophone de Sault-Ste-Marie (CFSSM) veut remettre l’accent sur la langue française dans cette ville de 75 000 résidents et rehausser la fierté de faire partie de la communauté franco-ontarienne.

L’organisme s’est fixé des objectifs clairs et précis lors de sa récente assemblée générale annuelle, dans l’espoir que les francophones et les francophiles se sentent plus à l’aise de prendre leur place.

Triste chapitre

Les francophones de cette ville nord-ontarienne éprouvent encore certaines difficultés à se remettre d’un triste chapitre de son histoire.

Autour des débats sur l’accord constitutionnel du lac Meech en 1990, le conseil municipal de Sault-Ste-Marie avait déposé une résolution pour déclarer la ville unilingue anglophone, malgré sa désignation sous la Loi sur les services en français de la province quelques années plus tôt.

Le règlement a été invalidé en 1994 par une cour ontarienne et la Ville s’est excusée en 2010.

Augmenter la participation

Le conseil d’administration du CFSSM a entamé des discussions afin de trouver des moyens d’augmenter la participation à ses activités et l’utilisation du français.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«On a discuté des enjeux reliés à la participation, à l’engagement et à la coordination des activités. On remarque une participation pas aussi grande lors de nos évènements, dont la St-Jean-Baptiste [l’une de nos plus grandes activités de l’année], bien qu’on essaie toujours d’organiser quelque chose qui va toucher autant les enfants que les adultes», indique la présidente du CFSSM, Jessica Torrance.

Perception négative

«Il y a plusieurs années, les francophones n’étaient pas aussi bien vus que les anglophones [dans la ville]. Avec les perceptions négatives de Sault-Sainte-Marie d’autrefois, les gens ont encore un peu peur de participer à nos activités.»

«On essaie maintenant de rebâtir la communauté francophone à Sault-Sainte-Marie et de montrer aux gens que c’est cool de se parler en français et de faire des activités ensemble.»

«Nos activités ne sont pas simplement pour les francophones, car on offre aussi des services et des activités autant pour les anglophones. On est ouvert à la diversité.»

Site d’information

Au cours de la prochaine année, le CFSSM veut devenir un noyau de l’information au niveau des évènements communautaires. L’organisme va lancer son propre site web pour non seulement renseigner les francophones sur leurs propres activités, mais aussi de celles de ses partenaires à l’échelle de la ville.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur