Un vent d’optimisme sur Cinéfranco jeunesse

1000 spectateurs de plus chaque année

Larcelle Lean

Quelques films à l'affiche de Cinéfranco Jeunesse à Toronto la semaine prochaine.


13 février 2019 à 13h13

Avant même le début du festival, un peu plus de 9 000 spectateurs sont déjà attendus au Famous Player place Canada pour la 10e édition du festival Cinéfranco jeunesse, la semaine prochaine.

Cette année, les films choisis ont un message positif qui donne espoir à la jeunesse et à la créatrice du festival, Marcelle Lean.

Si la situation financière de Cinéfranco n’est pas nécessairement positive depuis leurs difficultés à obtenir des subventions, l’achalandage et les thèmes du volet jeunesse eux le sont.

Depuis les cinq dernières années, le festival voit son nombre de spectateurs augmenter d’environ 1000 par année. «Avec le nombre d’inscriptions qu’on a reçu jusqu’à maintenant, on a déjà 550 participants de plus que l’année dernière», affirme fièrement la fondatrice et directrice artistique et générale du festival.

Devant un tel achalandage, Marcelle Lean envisage possiblement d’intégrer à nouveau des représentations pour la famille dans les éditions futures.

Si, dans les débuts du festival, certaines représentations étaient programmées la fin de semaine pour attirer le grand public, Cinéfranco jeunesse n’est maintenant ouvert qu’aux groupes scolaires. Marcelle Lean avait préféré préviliger les écoles, un public plus fiable que les familles.

Des films adaptés

L’équipe de programmation pense beaucoup aux parents lorsqu’ils sélectionnent les films destinés aux enfants. «C’est très dur de trouver des films intéressants qui n’ont pas de langage grossier, de nudité ou de violence», avance-t-elle.

Ces éléments destinés à un public mature ne sont pas écartés uniquement afin de ne pas choquer les parents, mais aussi parce que Cinéfranco jeunesse se veut un espace scolaire.

Pour la patronne de Cinéfranco, c’est une façon de poursuivre l’apprentissage du français: «c’est un écho culturel à la langue».

Malgré ces contraintes, Marcelle Lean ne pense pas que les films choisis aient un caractère infantilisant. «La sélection des films se fait vraiment en fonction de l’âge. On essaye vraiment de se mettre à leur niveau», explique-t-elle.

Films optimistes

Même s’il était déjà difficile d’ajouter à ces contraintes un thème à respecter lors de la création de la programmation, le thème de l’optimisme s’impose de lui-même dans cette édition.

«Il y a un côté positif qui est mis en valeur dans presque tous les films, il y a un espoir qui est donné à la jeunesse», affirme Macelle Lean. Ce côté positif n’empêche tout de même pas la présence du côté négatif.

Cinéfranco
Marcelle Lean, fondatrice et directrice du festival Cinéfranco

Enjeux sérieux

À titre d’exemple, Marcelle Lean cite le film Dans la brume de Daniel Roby, où les protagonistes évoluent dans un contexte de catastrophe naturelle.

Funan le peuple nouveau fait le récit historique de la dictature sanguinaire des Khmers rouges au Cambodge.

Même Belle et Sébastien 3, destiné à un plus jeune public, aborde l’exploitation animale.

Pour Marcelle c’est une façon de sensibiliser et de responsabiliser les jeunes à ces enjeux. Parce que «l’avenir c’est la jeunesse», nous rappelle-t-elle.

Un rôle à jouer

Selon la directrice de Cinéfranco, le cinéma jeunesse est de plus en plus reconnu. Si certaines institutions le considèrent encore uniquement comme un produit de consommation, Marcelle croit en son poids dans notre société.

«Tout commence par les racines», avance-t-elle pour expliquer l’influence qu’ont les films sur la jeunesse. Selon elle, il y a une prise de conscience collective de leurs rôles dans notre société.

Le festival Cinéfrano jeunesse se tiendra du 19 février au 6 mars au cinéma Famous Player Place Canada (Yonge et Eglinton).

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur