BITS 2014: du sang frais sur la neige

Partagez
Tweetez
Envoyez

Si les récentes chutes de neige et le froid potentiel des prochains mois vous stressent et vous agacent, la fin de semaine qui arrive vous offrira deux remèdes de choc bien différents pour vous défouler: le magasinage extrême du «Vendredi Fou» et le festival du film d’horreur canadien Blood in the Snow.

Créé en 2012 comme vitrine d’un genre de plus en plus populaire dans le pays, le festival se déroulera sur trois jours au cinéma Carlton à partir de ce vendredi 27 novembre. Il présentera une ardoise d’une vingtaine de courts et longs-métrages de productions locales.

Exemplaires du succès du genre, les éditions 2012 et 2013 se sont déroulées à guichets fermés pour la plupart des films, et l’ajout à la dernière minute de quatre séances supplémentaires laisse penser que le cru 2014 sera similaire.

Les films d’horreur à petit budget sont connus et appréciés pour avoir lancé la carrière de réalisateurs célèbres aujourd’hui.

Réputés pour être plus faciles à réaliser et à vendre que les drames ou comédies, en partie à cause d’un public très dédié et plus magnanime envers les tâtonnements de débutants des créateurs, ils sont devenus une importante partie de la production locale et, qui sait, peut être seront-nous durant ces trois jours, les témoins de la naissance de quelques grandes carrières.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Blood in the Snow 2014 fait la part belle aux créatures, maléfiques, surnaturelles ou extraterrestres, traqueuses et assoiffées de sang, mais aussi à la promotion des jeunes talents, en appariant systématiquement un court métrage avec chaque séance.

Un mini marché de l’horreur, où on trouvera des bandes dessinées, bijoux, DVDs, BluRays et même quelques habits, ravira également les fans dans l’entrée du cinéma.

BITS 2014 ouvrira vendredi 28 novembre avec Berkshire County, d’Audrey Cummings, québécoise et torontoise d’adoption. Le thriller sur la survie et l’entraide d’un couple en blind-date, face à une menace inconnue dans un chalet, sera suivi d’une séance florilège de courts-métrages à 21h.

Queen of Blood, de Chris Alexander, rédacteur en chef de Fangoria et critique à Metro Toronto, inaugurera le samedi 29 novembre. On y verra la vampire Irina renaître sous la forme d’un fléau dévastateur au beau milieu d’une version cauchemardesque de l’ouest sauvage…

Vient ensuite, en première torontoise également, Ejecta, du prolifique Guelphois Chad Archibald, film de science-fiction qui nous présente la survie de deux hommes témoins d’un évènement inexplicable à la veille d’un orage solaire, et poursuivis par une créature extraterrestre belliqueuse.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour commencer la soirée, Bloody Knuckles, de Matt O’Mahoney, qui a déjà joué à Montréal et Vancouver, est une comédie hilarante et gore ou un dessinateur, dont la main a été amputée par un gangster s’estimant raillé dans une de ses oeuvres, voit son extrémité revenir d’outre-tombe afin que justice soit faite.

En clôture à minuit, l’Ottavien Justin Decloux nous offrira la première canadienne de son Teddy Bomb, exposant les déboires d’un livreur de bière n’arrivant pas à se débarrasser d’une bombe cachée dans un ours en peluche conscient, pourchassé par les propriétaires du jouet assoiffés de sang et prêts à tout pour le récupérer.

Heinous Acts de Tim Hannigan, ouvrira les festivités du dimanche 30 novembre. Inspiré par les anthologies à sketches des années 80, comme The Twilight Zone ou Creepshow, le réalisateur résume plusieurs crimes horribles sous la forme de courtes histoires d’horreur.

Le très attendu Kingdom Come du Londonien Greg A. Sager, fera office de goûter sanguinolent dans un hôpital désaffecté, où une créature maléfique traque sans merci un groupe d’inconnus se retrouvant là sans la moindre idée de la raison de leur présence ou du moyen de leur venue.

Pour finir en beauté, et nous rappeler l’hiver qui arrive, la première torontoise de Black Mountain Side, le film de fermeture de Blood in the Snow 2014 nous emmènera dans un univers qui rappelle beaucoup The Thing de J. Carpenter, jouant sur la claustrophobie et l’isolation d’une équipe d’archéologues après une découverte majeure, et documentant leur littérale descente aux enfers.

Un festival à ne pas manquer pour les amateurs du genre. Infos à: www.bloodinthesnow.ca

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur