Banksy, l’artiste de rue imprévisible

Une oeuvre de 1,8 million $ s'est autodétruite

Banksy le phénomène de l'art de rue

La fille au ballon de Banksy, réalisé en 2002 sur le Waterloo Bridge à Londres (Photo: Dominic Robinson).


8 décembre 2018 à 9h00

Cet article est paru dans Pro Tem, le journal des étudiants du campus bilingue Glendon de l’Université York. Il est diffusé par L’Express dans le cadre d’un échange entre les deux médias.


Lors d’une vente aux enchères chez Sotheby’s à Londres, le 5 octobre dernier, la fameuse toile de Banksy, La fille au ballon, s’est complètement autodétruite, devant un auditoire stupéfait.

Un pied de nez de l’artiste

L’œuvre est passée à travers un broyeur caché dans le cadre au moment où elle venait d’être achetée à 1,042 million de livres (environ 1,8 million de dollars canadiens), un nouveau record de prix de vente pour l’artiste. La gagnante a tout de même fièrement brandi son prix inédit.

View this post on Instagram

Going, going, gone…

A post shared by Banksy (@banksy) on

L’Instagram de Banksy, blagueur, a affiché une photo de l’événement avec comme légende: «Going, going, gone…», un jeu de mot sur la phrase énoncée par les commissaires-priseurs anglophones. Banksy a avoué qu’il avait installé le broyeur dans le cadre au cas où le portrait serait vendu aux enchères.

Le matérialisme triomphant?

Ce faisant, Banksy semble avoir créé, et non pas détruit, une œuvre d’art. Après la vente, l’œuvre déchirée a été exposée pendant quelques jours, avant d’être remise à l’acheteuse. Cela illustre la nature matérialiste de nos sociétés, et la monétisation de l’art de rue.

En effet, contrairement à ce qu’on pourrait croire, cet acte contestataire a fait augmenter le prix de l’œuvre. Celle-ci vaut 20% de plus qu’avant de sa destruction. Peut-être Banksy est-il en train de rire du fait que le public est, encore une fois, tombé dans son piège?

Banksy le phénomène de l'art de rue
Brexit de Banksy, réalisé à Dover, en Angleterre, en 2017 (Photo: Paul Bissegger).

Surprise au Louvre

Ce n’est pas la première fois que l’artiste tend des pièges au public. Au cours de sa carrière artistique, Banksy a fait plusieurs cascades.

Pour ne citer qu’un exemple, en 2004, il pénètre dans le musée du Louvre avec un simple billet de visiteur, et dépose à côté de la Joconde son œuvre, Le sourire de la Joconde. Ce portrait satirique montre cette dernière avec un visage de bonhomme sourire.

Identité mystère

L’artiste de rue anglais, dont les créations ont récemment été exposées pendant près de deux mois à Toronto, n’a jamais dévoilé son identité au public. Il est de plus en plus élusif et mystérieux. Ses portraits sont souvent satiriques, mélangeant graffiti et humour noir.

View this post on Instagram

. Fire door, Bataclan

A post shared by Banksy (@banksy) on

D’ailleurs, bien qu’il ait produit en 2010 un film documentaire traitant de l’art de rue, intitulé Exit Through the Gift Shop, les critiques et amateurs d’art se demandent toujours ce que signifient vraiment ses œuvres, à la fois polémiques et fascinantes.

Ils ont sûrement hâte de voir quel sera le prochain piège que Banksy leur tendra.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

S’installer et vivre à Toronto: mode d’emploi

Vue de Toronto du lac Ontario
Dans le nouveau guide français « S'installer à Toronto », Nathalie Prézeau livre de précieux conseils aux expatriés souhaitant venir vivre dans la Ville-Reine....
En lire plus...

19 mars 2019 à 14h41

Les Raptors se relancent aisément face aux Knicks

Les Raptors de Toronto se devaient de réagir après avoir perdu à Détroit, pour la troisième fois en trois confrontations face à l’équipe désormais...
En lire plus...

19 mars 2019 à 10h45

L’AFO va «crier» à Queen’s Park mercredi matin

Le 20 mars prochain, Journée internationale de la Francophonie, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) va organiser à Queen’s Park sa première «criée»...
En lire plus...

19 mars 2019 à 9h00

Taxer le sucre : une stratégie efficace?

Ces dernières années, plusieurs pays dont la Grande-Bretagne, la France et le Mexique, ont mis en place une taxe sur les boissons sucrées afin...
En lire plus...

Le «Réveil algérien» est suivi de près à Toronto

Dundas Square 16/03/2019
Après des manifestations à Ottawa et Montréal, une partie de la communauté algérienne de Toronto s'est rassemblée au Dundas Square, samedi dernier, pour exprimer...
En lire plus...

18 mars 2019 à 16h30

Le programme relais du Collège Boréal: un tremplin d’intégration

programme Relais Leadership et Management
C’est un moment émouvant qui s’est déroulé au 3e étage du 1er Yonge Street, dans l’auditorium du Collège Boréal, le 14 mars. Cette année,...
En lire plus...

18 mars 2019 à 14h42

Extrémisme: des solutions à connecter au 21e siècle

fusillade, tuerie, massacre
La vitesse à laquelle la propagation de la vidéo du tueur de Christchurch s’est faite illustre le dérapage social que sont devenus les réseaux...
En lire plus...

Une semaine d’activités pour souligner la francophonie

La Semaine de la francophonie de Toronto sera lancée le mercredi 20 mars, Journée internationale de la francophonie. S’en suivra, jusqu’au 30 mars, une...
En lire plus...

18 mars 2019 à 9h00

Des règles internationales sur l’édition du génome humain?

OMS, ONU, Nations-Unies
Les modifications génétiques de l’embryon sont peut-être à nos portes, mais comment les encadrer? C’est pour apporter un éclairage que l’Organisation mondiale de la...
En lire plus...

18 mars 2019 à 7h00

Aucune société n’est immunisée contre le virus de la haine

fusillade, tuerie, massacre
50 morts, 40 blessés: l'attaque raciste contre la mosquée de Christchurch nous rappelle qu’aucune société n’est à l’abri de ce genre de délire, et...
En lire plus...

17 mars 2019 à 17h55

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur