Aylmer: l’Outaouais aux tendances historiques

Le fameux hôtel British sur la patrimoniale rue Principale du Vieux-Aylmer. (Photo: Maude Poulin)


17 juillet 2017 à 14h03

Aylmer. On dirait que c’est la cour arrière de Gatineau, car on en entend rarement parler. C’est pourtant son secteur le plus beau et le plus historique.

Cette collectivité bilingue de 55 000 habitants vit une renaissance basée sur le tourisme et sur des pas de géants récents en matière de préservation patrimoniale. Aylmer affiche toutes les tendances prisées, dans un contexte historique, et avec un beau parc portuaire en prime!

Aylmer a toujours été un lieu spécial. Au XIXe siècle, les politiciens d’Ottawa y venaient en bateau à vapeur pour s’éloigner du stress parlementaire. Ils prenaient du soleil devant la rivière des Outaouais, plus large à cet endroit, et ils séjournaient au British Hotel dont le pub a été une antichambre très alcoolisée des débats parlementaires.

Le British

À l’ère de la francisation, cet hôtel se nomme maintenant «le British». Longtemps au bord de la ruine et du démantèlement, cet icône architectural a été sauvé et rénové de fond en comble il y a quelques années par un investisseur d’origine suisse, expert de ce type de rénovation.

Le résultat est probant et le British a repris son rôle initial d’ancre de la vie sociale du Vieux-Aylmer.

À la fois vieux et cool, le British ne fait pas cavalier seul. Il y a tant de commerces et restaurants intéressants dans le vieux Aylmer, en plus de lieux à visiter, qu’on peut y passer un week-end charmant et dépaysant.

Les murs de pierre et de bois de l’hôtel British font un mètre d’épaisseur. Certaines poutres de 1834, l’année de l’ouverture de l’hôtel, demeurent visibles. Le British est un petit hôtel historique au grand bar animé et au resto coquet – c’est le cœur de la vie passée et présente d’Aylmer.

Pierre-Louis Poulin, copropriétaire de L’Aubergiste, provient des arts visuels, et ses plats le montrent bien.
Pierre-Louis Poulin, copropriétaire de L’Aubergiste, provient des arts visuels, et ses plats le montrent bien.

Sur la rue Principale

Sur environ 1 km, les commerces de la rue Principale du Vieux-Aylmer affichent sa renaissance basée sur l’énergie et les connaissances d’une génération nouvelle.

Par exemple, deux jeunes chefs propriétaires passionnés font du bistro L’Aubergiste une expérience à la fois décontractée, innovante, esthétique et gastronomique. Dans une maison ancestrale construite en pin pièce sur pièce, de petits plats y sont préparées en alliant l’art de la table et l’art visuel (bistrolaubergiste.com).

La Maison Conroy, dans la résidence historique du même nom, propose des plats originaux, bien travaillés et bons pour la santé. Le décor et le service sont bien contemporains. Et la priorité est accordée aux ingrédients québécois.

Béatrice et Chocolats est une échoppe tendance dont les racines familiales reposent dans le Aylmer d’antan.

On trouve aussi sur cette rue Principale une boulangerie artisanale, des galeries d’art, un salon de thé, un bistro spécialisée en bières microbrassées, et d’autres bonnes adresses qui assurent de passer un brillant week-end.

Route historique

Tout près d’Aylmer, à Ottawa, l’histoire de l’art au Canada, notamment celle de l’art autochtone, est affichée dans l’expo vedette Les chefs-d’œuvre du Canada: nos histoires au Musée des beaux-arts du Canada.

Son mandat ambitieux est d’intégrer avec justesse les contributions autochtones et féminines à l’art canadien.

L’hôtel Double Tree by Hilton, sur le chemin d’Aylmer, une route historique, propose de grandes chambres confortables. On a l’impression d’être dans un centre de villégiature avec la piscine, le spa et le golf de l’hôtel. L’endroit est sympathique et impeccable.

Informations: tourismeoutaouais.com

Saumon semblant flotter dans une sauce d’inspiration asiatique chez L’Aubergiste.
Saumon semblant flotter dans une sauce d’inspiration asiatique chez L’Aubergiste.
Rose de betterave remarquablement réussie chez L’Aubergiste.
Rose de betterave remarquablement réussie chez L’Aubergiste.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Grand Débat à Toronto: des clivages politiques facilement identifiables

Au lycée français de Toronto
Ils étaient une cinquantaine à participer au Grand Débat organisé ce mardi 19 février au Lycée français de Toronto: débordement chez nous de l'exercice...
En lire plus...

22 février 2019 à 9h00

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur