Aylmer: l’Outaouais aux tendances historiques

Le fameux hôtel British sur la patrimoniale rue Principale du Vieux-Aylmer. (Photo: Maude Poulin)


17 juillet 2017 à 14h03

Aylmer. On dirait que c’est la cour arrière de Gatineau, car on en entend rarement parler. C’est pourtant son secteur le plus beau et le plus historique.

Cette collectivité bilingue de 55 000 habitants vit une renaissance basée sur le tourisme et sur des pas de géants récents en matière de préservation patrimoniale. Aylmer affiche toutes les tendances prisées, dans un contexte historique, et avec un beau parc portuaire en prime!

Aylmer a toujours été un lieu spécial. Au XIXe siècle, les politiciens d’Ottawa y venaient en bateau à vapeur pour s’éloigner du stress parlementaire. Ils prenaient du soleil devant la rivière des Outaouais, plus large à cet endroit, et ils séjournaient au British Hotel dont le pub a été une antichambre très alcoolisée des débats parlementaires.

Le British

À l’ère de la francisation, cet hôtel se nomme maintenant «le British». Longtemps au bord de la ruine et du démantèlement, cet icône architectural a été sauvé et rénové de fond en comble il y a quelques années par un investisseur d’origine suisse, expert de ce type de rénovation.

Le résultat est probant et le British a repris son rôle initial d’ancre de la vie sociale du Vieux-Aylmer.

À la fois vieux et cool, le British ne fait pas cavalier seul. Il y a tant de commerces et restaurants intéressants dans le vieux Aylmer, en plus de lieux à visiter, qu’on peut y passer un week-end charmant et dépaysant.

Les murs de pierre et de bois de l’hôtel British font un mètre d’épaisseur. Certaines poutres de 1834, l’année de l’ouverture de l’hôtel, demeurent visibles. Le British est un petit hôtel historique au grand bar animé et au resto coquet – c’est le cœur de la vie passée et présente d’Aylmer.

Pierre-Louis Poulin, copropriétaire de L’Aubergiste, provient des arts visuels, et ses plats le montrent bien.
Pierre-Louis Poulin, copropriétaire de L’Aubergiste, provient des arts visuels, et ses plats le montrent bien.

Sur la rue Principale

Sur environ 1 km, les commerces de la rue Principale du Vieux-Aylmer affichent sa renaissance basée sur l’énergie et les connaissances d’une génération nouvelle.

Par exemple, deux jeunes chefs propriétaires passionnés font du bistro L’Aubergiste une expérience à la fois décontractée, innovante, esthétique et gastronomique. Dans une maison ancestrale construite en pin pièce sur pièce, de petits plats y sont préparées en alliant l’art de la table et l’art visuel (bistrolaubergiste.com).

La Maison Conroy, dans la résidence historique du même nom, propose des plats originaux, bien travaillés et bons pour la santé. Le décor et le service sont bien contemporains. Et la priorité est accordée aux ingrédients québécois.

Béatrice et Chocolats est une échoppe tendance dont les racines familiales reposent dans le Aylmer d’antan.

On trouve aussi sur cette rue Principale une boulangerie artisanale, des galeries d’art, un salon de thé, un bistro spécialisée en bières microbrassées, et d’autres bonnes adresses qui assurent de passer un brillant week-end.

Route historique

Tout près d’Aylmer, à Ottawa, l’histoire de l’art au Canada, notamment celle de l’art autochtone, est affichée dans l’expo vedette Les chefs-d’œuvre du Canada: nos histoires au Musée des beaux-arts du Canada.

Son mandat ambitieux est d’intégrer avec justesse les contributions autochtones et féminines à l’art canadien.

L’hôtel Double Tree by Hilton, sur le chemin d’Aylmer, une route historique, propose de grandes chambres confortables. On a l’impression d’être dans un centre de villégiature avec la piscine, le spa et le golf de l’hôtel. L’endroit est sympathique et impeccable.

Informations: tourismeoutaouais.com

Saumon semblant flotter dans une sauce d’inspiration asiatique chez L’Aubergiste.
Saumon semblant flotter dans une sauce d’inspiration asiatique chez L’Aubergiste.
Rose de betterave remarquablement réussie chez L’Aubergiste.
Rose de betterave remarquablement réussie chez L’Aubergiste.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur