Attendre 24 heures pour signaler une disparition? Non!

Plus tôt la disparition est signalée, mieux la police fait son travail. (Photo: Kiosea39 | Dreamstime)


4 septembre 2017 à 12h16

Vous craignez qu’un de vos proches ait disparu. Doit-on attendre 24 heures avant d’appeler la police?

«Rappelez-nous quand ça fera 24 heures.» Cette phrase, prononcée par un policier américain dans de nombreuses séries télé, lance souvent la course-poursuite de l’acteur principal qui devra se débrouiller seul pour retrouver le ravisseur de sa fille, de sa femme, de son ami… Et pourtant, c’est un mythe!

Pas de délai

«Il n’y a pas de délai pour signaler une personne disparue. Plus tôt la disparition est signalée, mieux on fait notre travail», explique Hugo Fournier du service médias de la Sûreté du Québec.

Plus on attend, plus on diminue les chances de retrouver la personne. «Il ne faut pas tout vérifier avant de nous appeler, appelez-nous d’abord», ajoute le policier.

Et l’absence de délai pour lancer les recherches n’est pas limitée non plus aux enfants ou à des critères particuliers. «On lance les recherches directement pour toute personne, de tout âge», confirme-t-il.

Ce délai de 24 heures existe dans trois pays européens (Danemark, Finlande et Hongrie), mais il concerne uniquement une catégorie spécifique d’enfants migrants.

Hollywood

On n’a pas pu trouver une origine précise à cette idée de devoir attendre 24 heures avant de signaler une disparition. Toutefois, une piste est possible: «la très grande majorité des gens portés disparus sont retrouvés en moins de 24 heures. Les gens doivent penser qu’ils vont déranger s’ils appellent avant», propose Hugo Fournier.

Sans oublier que le mythe est largement entretenu par les films et les romans policiers, comme l’écrivent les blogueurs du site Silver Hart, une source pour auteurs en devenir de romans policiers. «Cessez d’utiliser le stratagème des 24 heures» dans vos scénarios, recommandent-ils.

Partout

«C’est un mythe qu’il faille attendre 24 heures, 48 heures ou de laisser passer tout autre délai», signale lui aussi sur son site internet le Centre canadien d’information sur les adultes disparus.

De même que le service de police d’Ottawa: «il n’y a pas de délai d’attente de 24 heures pour signaler une personne disparue».

Le Centre australien de coordination des personnes disparues consacre une page complète aux mythes sur les personnes disparues et le premier cité est celui des 24 heures: «vous ne devez pas attendre 24 heures avant de signaler une personne disparue».

Même rengaine aux États-Unis: «il n’est pas besoin d’attendre 24 heures», explique un policier de New York. C’est également signalé sur les sites web des services de police de plusieurs États américains.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur