Attendre 24 heures pour signaler une disparition? Non!

Plus tôt la disparition est signalée, mieux la police fait son travail. (Photo: Kiosea39 | Dreamstime)


4 septembre 2017 à 12h16

Vous craignez qu’un de vos proches ait disparu. Doit-on attendre 24 heures avant d’appeler la police?

«Rappelez-nous quand ça fera 24 heures.» Cette phrase, prononcée par un policier américain dans de nombreuses séries télé, lance souvent la course-poursuite de l’acteur principal qui devra se débrouiller seul pour retrouver le ravisseur de sa fille, de sa femme, de son ami… Et pourtant, c’est un mythe!

Pas de délai

«Il n’y a pas de délai pour signaler une personne disparue. Plus tôt la disparition est signalée, mieux on fait notre travail», explique Hugo Fournier du service médias de la Sûreté du Québec.

Plus on attend, plus on diminue les chances de retrouver la personne. «Il ne faut pas tout vérifier avant de nous appeler, appelez-nous d’abord», ajoute le policier.

Et l’absence de délai pour lancer les recherches n’est pas limitée non plus aux enfants ou à des critères particuliers. «On lance les recherches directement pour toute personne, de tout âge», confirme-t-il.

Ce délai de 24 heures existe dans trois pays européens (Danemark, Finlande et Hongrie), mais il concerne uniquement une catégorie spécifique d’enfants migrants.

Hollywood

On n’a pas pu trouver une origine précise à cette idée de devoir attendre 24 heures avant de signaler une disparition. Toutefois, une piste est possible: «la très grande majorité des gens portés disparus sont retrouvés en moins de 24 heures. Les gens doivent penser qu’ils vont déranger s’ils appellent avant», propose Hugo Fournier.

Sans oublier que le mythe est largement entretenu par les films et les romans policiers, comme l’écrivent les blogueurs du site Silver Hart, une source pour auteurs en devenir de romans policiers. «Cessez d’utiliser le stratagème des 24 heures» dans vos scénarios, recommandent-ils.

Partout

«C’est un mythe qu’il faille attendre 24 heures, 48 heures ou de laisser passer tout autre délai», signale lui aussi sur son site internet le Centre canadien d’information sur les adultes disparus.

De même que le service de police d’Ottawa: «il n’y a pas de délai d’attente de 24 heures pour signaler une personne disparue».

Le Centre australien de coordination des personnes disparues consacre une page complète aux mythes sur les personnes disparues et le premier cité est celui des 24 heures: «vous ne devez pas attendre 24 heures avant de signaler une personne disparue».

Même rengaine aux États-Unis: «il n’est pas besoin d’attendre 24 heures», explique un policier de New York. C’est également signalé sur les sites web des services de police de plusieurs États américains.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

S’installer et vivre à Toronto: mode d’emploi

Vue de Toronto du lac Ontario
Dans le nouveau guide français « S'installer à Toronto », Nathalie Prézeau livre de précieux conseils aux expatriés souhaitant venir vivre dans la Ville-Reine....
En lire plus...

19 mars 2019 à 14h41

Les Raptors se relancent aisément face aux Knicks

Les Raptors de Toronto se devaient de réagir après avoir perdu à Détroit, pour la troisième fois en trois confrontations face à l’équipe désormais...
En lire plus...

19 mars 2019 à 10h45

L’AFO va «crier» à Queen’s Park mercredi matin

Le 20 mars prochain, Journée internationale de la Francophonie, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) va organiser à Queen’s Park sa première «criée»...
En lire plus...

19 mars 2019 à 9h00

Taxer le sucre : une stratégie efficace?

Ces dernières années, plusieurs pays dont la Grande-Bretagne, la France et le Mexique, ont mis en place une taxe sur les boissons sucrées afin...
En lire plus...

Le «Réveil algérien» est suivi de près à Toronto

Dundas Square 16/03/2019
Après des manifestations à Ottawa et Montréal, une partie de la communauté algérienne de Toronto s'est rassemblée au Dundas Square, samedi dernier, pour exprimer...
En lire plus...

18 mars 2019 à 16h30

Le programme relais du Collège Boréal: un tremplin d’intégration

programme Relais Leadership et Management
C’est un moment émouvant qui s’est déroulé au 3e étage du 1er Yonge Street, dans l’auditorium du Collège Boréal, le 14 mars. Cette année,...
En lire plus...

18 mars 2019 à 14h42

Extrémisme: des solutions à connecter au 21e siècle

fusillade, tuerie, massacre
La vitesse à laquelle la propagation de la vidéo du tueur de Christchurch s’est faite illustre le dérapage social que sont devenus les réseaux...
En lire plus...

Une semaine d’activités pour souligner la francophonie

La Semaine de la francophonie de Toronto sera lancée le mercredi 20 mars, Journée internationale de la francophonie. S’en suivra, jusqu’au 30 mars, une...
En lire plus...

18 mars 2019 à 9h00

Des règles internationales sur l’édition du génome humain?

OMS, ONU, Nations-Unies
Les modifications génétiques de l’embryon sont peut-être à nos portes, mais comment les encadrer? C’est pour apporter un éclairage que l’Organisation mondiale de la...
En lire plus...

18 mars 2019 à 7h00

Aucune société n’est immunisée contre le virus de la haine

fusillade, tuerie, massacre
50 morts, 40 blessés: l'attaque raciste contre la mosquée de Christchurch nous rappelle qu’aucune société n’est à l’abri de ce genre de délire, et...
En lire plus...

17 mars 2019 à 17h55

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur