Après le Mont Everest, Sébastien Sasseville court pour vaincre le diabète

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le 2 février, Sébastien Sasseville, jeune Québécois de 35 ans, partait de Terre-Neuve avec le pari fou de rejoindre la côte ouest du pays à la course, sur les traces de Terry Fox.

Il atteignait Toronto la semaine dernière, après avoir parcouru plus de 2500 km. Si l’exploit est déjà remarquable, il l’est d’autant plus que Sébastien est atteint depuis 2002 de diabète de type 1, et donc insulinodépendant.

Quand Sébastien découvre sa maladie en 2002, il est alors un jeune étudiant comme tout le monde passant «plus de temps à faire la fête qu’à faire du sport», confie-t-il à L’Express.

Quand le diagnostic tombe, la nouvelle lui fait l’effet d’un électrochoc et le pousse à changer de vie pour se dépasser toujours davantage. «L’appétit vient en mangeant», plaisante-t-il, et c’est petit à petit que le futur athlète se met au sport, gravissant les échelons jusqu’à partir en 2008 à l’assaut du Mont Everest!

Puis tout y passe, Ironman, ultrarunning, courses dans le Sahara en 2012… Le jeune homme semble inarrêtable.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Peut-être bien. Car si Sébastien court aujourd’hui, c’est pour lui, mais aussi pour les autres. «Je veux que les personnes atteintes de diabète comprennent que la vie ne s’arrête pas là. Bien sûr, c’est une maladie difficile, mais je veux leur montrer qu’ils vont pouvoir faire de grandes choses, que le potentiel est en chacun et chacune de nous», explique-t-il.

Pour faire passer son message, Sébastien court donc, mais il donne aussi des conférences, tout au long de son parcours, afin d’informer et d’inspirer les gens. En résumé? «Sois heureux, prends le taureau par les cornes, et ça ira!»

Et la course alors? «Overall, ça va.» Le message passe, et c’est le plus important pour le jeune athlète. «Il y a des bonnes journées, et des mauvaises journées. Et la météo qui vient s’ajouter à tout ça. Il faut aussi, par-dessus ça, gérer l’insuline.»

On ne peut qu’admirer la persévérance dont a du faire preuve Sébastien pendant les mois d’hiver. «C’est un défi physique, psychologique et émotif», explique-t-il, «mais ça ramène à ce qui est important, et il n’y a rien de plus remplissant que d’avoir la sensation de faire le bien autour de soi, de donner de l’espoir.»

Et si l’on en croit les centaines de courriels de parents et diabétiques qu’il a reçus depuis le début de sa course, le défi est déjà presque réussi.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Reste encore à parcourir les 5000 kilomètres qui le séparent de Vancouver, point d’arrivée qu’il espère atteindre le 14 novembre pour la Journée mondiale du diabète. Pour réussir cet objectif, Sébastien court 5 à 6 jours par semaine, 40 kilomètres par jour. Au terme de sa course, il aura accompli l’équivalent de 180 marathons en 9 mois.

«Rien n’aurait été possible sans le soutien de la famille et des amis, mais aussi des commanditaires», souligne-t-il, «mon ami Patrick Saint Martin est avec moi depuis 2012, et on peut dire qu’il est littéralement en charge de tout, sauf de courir!» L’histoire de Sébastien, c’est donc une belle histoire de persévérance, mais aussi d’entraide.

Pour soutenir le jeune homme et découvrir le détail de son parcours, rendez-vous sur son site, www.outrundiabetes.ca ou sur la page Facebook. Vous voulez courir quelques kilomètres avec Sébastien? «Pas de soucis, mais il faut d’abord nous envoyer un courriel et que ce soit organisé à l’avance.» Alors, serait-il temps de sortir vos vieilles baskets du placard ?…

Les chiffres du diabète

Le diabète de type 1, la forme la plus grave du diabète, est une maladie auto-immune selon laquelle le système immunitaire de l’organisme attaque et détruit les cellules productrices d’insuline du pancréas. Les personnes atteintes sont dépendantes de l’insuline pour le reste de leur vie.

Le diabète de type 2 se retrouve généralement chez les individus âgés de 40 ans et plus. Malheureusement, depuis quelques années, on constate que ce type de diabète apparaît chez des personnes de plus en plus jeunes. Une prédisposition génétique, un surplus de poids et un manque d’activité physique contribuent à l’apparition du diabète de type 2.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Plus de 3 millions de Canadiennes et Canadiens sont atteints d’une forme de diabète et 300 000 d’entre eux vivent avec le diabète de type 1.

Dans le monde, une épidémie majeure se prépare. On estime que:

285 millions de personnes dans le monde sont atteintes du diabète.

7 millions de personnes le développent chaque année.

En 2030, 438 millions de personnes en seront atteintes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

On estime que les coûts du diabète pour les systèmes de santé au Canada seront de 16,9 milliards $ par année en 2020.

(Sources: Diabète Québec et Association canadienne du diabète.)

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur