Andrée Christensen, Prix Christine-Dumitriu-van-Saanen 2007

Salon du livre de Toronto 2007

Partagez
Tweetez
Envoyez

Andrée Christensen est de ces auteures qui cultivent un certain goût de la discrétion, du mystère. Un goût prononcé pour le symbolique, la mythologie qui ont forgé l’identité de son dernier roman Depuis toujours, j’entendais la mer.

Au coeur de son dernier ouvrage, Andrée Christensen explore une maxime qui est sienne: «Entrer chez les morts, c’est découvrir la vie.» Après quelques recueils de poésie, l’auteure de Vanier signe ici son premier roman, qu’elle présente comme un hommage à ses ancêtres scandinaves, et qui aura nécessité pas moins de six années de travail.

Ce prix, elle l’accueillait donc avec une satisfaction à peine masquée: «Cela m’encourage à continuer à explorer ce genre littéraire. Je voulais sortir de la poésie afin de partager mes réflexions d’une manière différente.» Le jury, composé de trois personnes, comprenait notamment notre chroniqueur Paul-François Sylvestre.

Le Prix Christine-Dumitriu-Van-Saanen est doté d’une bourse de 5000$ grâce à un partenariat avec le Gouvernement du Québec. C’est d’ailleurs toujours en présence d’un représentant du Bureau du Québec à Toronto qu’on dévoile le nom du récipiendaire lors de l’ouverture du Salon du livre.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Daniel Poliquin, prix du Consulat de France

Pour sa part, le romancier et essayiste Daniel Poliquin s’est mérité le Prix du Consulat général de France à Toronto. C’est le Consul général Philippe Delacroix qui a remis le cadre symbolique à l’auteur francophone, soulignant la portée d’«un homme de lettres universel, aux multiples facettes, devenu une institution.»

Le Prix du Consulat permettra à Daniel Poliquin de participer au prochain Salon du livre de Paris.

C’était par ailleurs la seconde fois que Daniel Poliquin recevait un prix au Salon du livre de Toronto, après celui qui lui avait été décerné en 1993. Un prix de carrière qu’il avait accueilli comme un «gage de confiance» et qui lui avait «porté bonheur pour la suite de sa carrière.»

À noter que Daniel Poliquin est notamment le traducteur de la toute récente autobiographie de l’ancien ministre fédéral Don Boudria, Busboy, De la cuisine au Conseil des ministres, également présent au Salon du livre après son passage remarqué jeudi dernier au Club canadien. Il a aussi aidé l’ancien Premier ministre Jean Chrétien à rédiger ses mémoires qui viennent de paraître.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur