A-t-on vraiment besoin d’une nouvelle GG?

Il n'en tient qu'à nous de couper le cordon

Julie Payette est devenue gouverneure générale le 2 octobre 2017. (Photo: Sgt Johanie Maheu, Rideau Hall)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Oui, on le sait, la Constitution du Canada protège la soi-disant saine application de notre démocratie. Loi suprême immuable jusqu’à ce qu’on ait le courage de remettre en question notre régime monarchique.

La récente démission de Julie Payette – dépenses abusives, harcèlement au travail – aurait pu éventuellement contribuer à cette remise en question.

Mais Justin Trudeau, en situation minoritaire, ne peut se permettre de gouverner sans l’appui d’un représentant de la reine ni de rouvrir les débats autour de la Constitution. Encore plus particulièrement en ce climat d’instabilité actuelle que nous traversons en raison de la pandémie.

Indépendance

Pourquoi ne pourrait-on pas nous-mêmes gérer les processus d’adoption et de sanction de nos propres lois? Modifier notre régime politique pour devenir un pays indépendant?

A-t-on vraiment besoin d’une Couronne britannique? Que nous apporte-t-elle?

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sinon de nous sécuriser dans la gestion soi-disant confortable d’un régime politique imposé il y a plus de 200 ans. Et de progressivement élever nos taxes pour maintenir sa lourde structure. Sans parler de nos deux solitudes renforcées par ce régime… et nos relations archaïques avec les Premières Nations…

Comme l’Angleterre a quitté l’Union européenne, on peut également couper le cordon. Voler de nos propres ailes. Se gérer par et pour nous-mêmes et en partenariat avec nos alliés.

Autonomie

Être prêt à la révolution pacifique afin de prendre en mains notre propre destin.

Une question de conviction, courage, solidarité, progrès durable, sagesse et maturité.

Un espoir naïf, diront certains. Pourtant il n’en tient qu’à nous d’exiger que l’un de nos futurs gouvernements aborde la question auprès des Canadiens et des Québécois.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Osons espérer que cette nouvelle décennie puisse nous convaincre de nos compétences à pouvoir nous gouverner par nous-mêmes avec confiance et succès.

Sans conserver cette pesante structure royale désuète – gouverneur général, 10 lieutenant-gouverneurs, trois commissaires territoriaux – à nos frais.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur