50e anniversaire de Radio-Canada à Windsor

Charles Lévesque, animateur de l’émission Matins sans frontières.
Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est le 18 mai 1970, à 6 heures du matin, que le poste de radio CBEF entre en ondes dans le Sud-Ouest ontarien avec une dizaine d’employés. La programmation locale de Radio-Canada se limitait alors aux nouvelles et à une émission du matin.

Je me souviens avoir assisté au spectacle inaugural de la jeune Ginette Reno au Cleary Auditorium, à Windsor. C’était l’aboutissement d’un lobbying mené, entre autres, par Omer Parent, cousin de ma mère, son amie Aline Harrison et Luc Mailloux.

De 1975 à 1985, sous la direction de Claude Hurtubise, la programmation s’accroît largement: émission du samedi matin, émission d’affaires publiques, émission agricole et émission culturelle. À cette époque, j’ai fourni des chroniques sur les familles pionnières du Sud-Ouest et rédigé le radio-roman Terre natale.

Paulette Richer, réalisatrice, impresario et animatrice culturelle.

Animation culturelle

C’est à la demande de la réalisatrice Paulette Richer que j’ai contribué à la programmation de CBEF. Elle a joué un rôle de premier plan au niveau culturel, notamment en produisant des artistes comme Robert Charlebois, René Claude, Tex Lecor et Zachary Richard lors de la Saint-Jean et pour rediffusion nationale.

Paulette a aussi agi comme impresario de chanteurs locaux – Richard Bastien de Rivière-aux-Canards et le Groupe AWI de Grande-Pointe –, notamment dans le cadre du concours Ontario pop.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Premier technicien de la station (1971-1991), Jean-Guy Brassard se souvient que «les gens du Sud-Ouest parlaient français, mais la culture était minime. C’est Radio-Canada qui l’a fait rayonner.»

Jean-Guy Brassard, premier technicien de CBEF (1971-1991).

Le couperet tombe

À la fin des années 1990, Radio-Canada impose des coupures; CBEF perd une dizaine de postes. En 2009, le couperet tombe: la Société d’État décide de fermer CBEF. C’est le choc dans la communauté, c’est surtout la mobilisation avec SOS CBEF qui dépose une plainte auprès du Commissariat aux langues officielles.

Le recours contre Radio-Canada permet de sauver les meubles: CBEF reste ouvert… avec une émission du matin seulement. Elle est aujourd’hui animée par Charles Lévesque.

La directrice générale des services régionaux, Patricia Pleszczynska, avoue que «nous sommes allés trop loin en 2009 et la communauté nous l’a fait comprendre très clairement. Il y avait un besoin criant dans la communauté pour une programmation qui reflète la région.»

Les conditions de licence du CRTC pour CBEF ont été renouvelées en 2018. Selon Mme Pleszczynska, Radio-Canada n’envisage pas de se retirer du Sud-Ouest ontarien.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur