50 ans de radio en une semaine


30 septembre 2014 à 9h53

C’est le 1er octobre que la radio CJBC de Radio-Canada à Toronto souffle ses 50 bougies. Depuis lundi et jusqu’à samedi, les émissions Y pas deux matins pareils, L’heure de pointe et Grands Lacs café présenteront une programmation spéciale.

On y fera revivre des moments clés de l’histoire de la radio, mais aussi les événements marquants de la région.

Pour cet anniversaire, dans le cadre de l’émission Y a pas deux matins pareils, Yves-Gérard Méhou-Loko recevra des anciens animateurs et collaborateurs, notamment Raymond Desmarteaux, Claude Deschênes, Claude Gagnon, Céline Galipeau et Gabriel Dubé.

Sur ICI.Radio-Canada.ca/cjbc50, on a pigé dans un demi-siècle d’archives comme fil conducteur de cette remontée dans le temps, pour présenter reportages, photos, vidéos…

Comme on le sait, ce 50e anniversaire est aussi marqué par la publication, aux éditions du GREF d’Alain Baudot, de l’ouvrage La voix de Radio-Canada dans le Sud de l’Ontario, de notre chroniqueur, romancier et historien Paul-François Sylvestre.

Celui-ci prononçait d’ailleurs mercredi dernier une conférence sur ce sujet à l’Alliance française de Toronto, à l’invitation de la Société d’Histoire.

C’est l’animateur Jacques Gauthier qui a eu l’honneur de prononcer les premiers mots à l’antenne de CJBC ce 1er octobre 1964. Il était accompagné en studio de la première «speakerine» Chantal Beauregard, qui a beaucoup aidé Paul-François Sylvestre dans ses recherches.

Selon lui, l’entrée en ondes de CJBC a été «l’aboutissement d’une longue bataille», menée notamment par l’ARTF (Association de la radio-télévision française) de Marc-Yvain Giroux, un militant de Welland qui était présent à l’AFT pour entendre M. Sylvestre, qui l’a présenté comme «le co-fondateur de CJBC».

À cette époque, CBC gérait deux postes de radio de langue anglaise à Toronto, CBL et CJBC («Canadian Jarvis Baptist Church»). Un tollé de protestations avait accueilli la décision de transformer CJBC en poste de langue française.

M. Sylvestre a illustré son propos de plusieurs photos d’époque des directeurs, animateurs et journalistes de CJBC, dont plusieurs sont devenus des vedettes nationales. Aujourd’hui, la radio, la télévision et l’internet sont décloisonnées, le personnel de Radio-Canada travaillant de front pour les trois diffuseurs.

Paul-François Sylvestre a également insisté sur le rôle qu’a joué Radio-Canada dans le développement de la francophonie torontoise et notamment de sa scène culturelle. En effet, plusieurs fêtes de la St-Jean Baptiste, Francofête et autres téléthons des paniers de Noël ont été initiés et produits par Radio-Canada – notamment par le réalisateur Gabriel Dubé – jusqu’à ce que ces événements puissent être pris en main par des organismes locaux autonomes.

Paul-François Sylvestre a aussi souligné la contribution exceptionnelle d’animateurs/réalisateurs comme Denis Émard, François-X. Chamberland, Claudette Gravel et Simone Fadel. Cette dernière, qui a oeuvré pendant 34 ans à CJBC, était présente à l’AFT, comme quelques membres du personnel actuel de la station.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur