48h à Santiago du Chili


7 octobre 2014 à 11h56

Sertie à l’Est par la majestueuse Cordillère des Andes et à l’ouest par la Cordillera Costa, la capitale du Chili avec ses 6 millions d’habitants, sa pollution et son passé douloureux en impose.

Une des villes reine d’Amérique du Sud, Santiago séduit par sa culture, ses parcs, sa vie nocturne et ses quartiers qui bougent. Entre mer et montagne, écrin des meilleurs vignobles qui soient, passage obligé des excursions vers le Nord ou le Sud, c’est une ville fort agréable à vivre et à découvrir.

Voici un programme pour petite une mise en bouche sur 48h.

JOUR 1 : matin

Échappée dans le parc Cerro San Cristóbal. Colline (880m) qui domine la ville et offre une vue panoramique époustouflante de Santiago et des montagnes environnantes. On peut s’y rendre un bus ou en taxi.

Delà, on peut atteindre le sommet en vélo, ou pour les moins courageux, prendre le funiculaire. Des petits troquets offrent cafés et petits déjeuners au pied et au sommet de la colline.

On aurait tort de se priver d’une matinée dans l’un des plus beaux «poumons verts» de la ville. En haut de la colline, une statue de la Vierge Marie de 14 mètres de haut, veille sur la capitale.

C’est un peu l’équivalent du Christ de Rio de Janeiro. Possibilités de promenade, classes de zumba et de tai-chi et visite du zoo pour occuper la matinée et côtoyer les santiaguinos. Ils sont nombreux à venir flâner ou faire du sport à San Cristóbal.

Avant de replonger dans la ville, s’arrêter à la maison de Pablo Neruda, dans Bellavista, le quartier bohème de la ville. Originale, transformée en musée, elle offre un aperçu de ce que fut l’un des refuges du grand poète et présente un décor un peu fou sur plusieurs niveaux.

Midi

Prendre un petit déjeuner dans l’un des restaurants du quartier Bellavista. Laissez-vous guider par vos envies. Tout ici, est couleur, tendance, branché, graffité, mais dans un cadre de maisons traditionnelles de l’époque.

Il y a des animations et concerts de rue, des théâtres, des galeries d’art, des bars et des restaurants à n’en plus finir. Une bonne adresse pour se mêler à la foule. Les santiaguinos aiment s’y donner rendez-vous. Jour et nuit.

Après-midi

Tour de Santiago. Commencer par le Costanera Center, quartier des affaires, qui donne un aperçu étonnant de la modernité de la capitale du Chili.

On appelle cet endroit le Sanhattan, en référence à Manhattan, en raison de la concentration des tours de verres et des grattes-ciels, dont certains ont été vivement critiqués (notamment la plus haute tour du pays avec ses 71 étages et 303 mètres de haut).

On y trouve des centres commerciaux et des magasins de marques pour répondre à toutes les envies des accrocs du magasinage, deux hôtels de luxe, des cinémas et un Ripley. Repartir ensuite dans le centre historique et déambuler sur la Plaza des Armas, belle esplanade ombragée, lieu de rendez-vous des retraités, des amoureux et cireurs de chaussures.

Autour, une visite de la magnifique Cathédrale de Santiago (XVIIIe siècle) s’impose. Malgré de multiples destructions et rénovations, la plus grande église du pays offre une nef baroque de toute beauté et des espaces de prière majestueux. À côté, la Vicaria de Solidaridad propose des objets artisanaux fabriqués par les victimes de la dictature. Autres monuments d’intérêt, le Correo Central qui abrite la poste et le Museo Historico Nacional, qui impose une visite pour mieux comprendre l’Histoire du Chili.

Soir

Choisir le quartier de Lastarria pour agréablement terminer la journée.

Autre partie bohème de la ville, cet endroit regorge de bâtiments de charme, de restaurants, de librairies ouvertes la nuit et de petites places sympas.

Les santiaguinos viennent volontiers y flâner et boire un verre de vin. Le restaurant Bocanariz offre une cuisine fine et la possibilité de déguster de nombreux vins. Primé et prisé, c’est un incontournable pour les palais fins et les amateurs de fins.

Jour 2 : matin

Après un copieux petit-déjeuner près de la piscine de l’hôtel-boutique Lastarria, opter pour une visite de la Halle aux poissons, impressionnant marché couvert où les restaurants et habitants viennent faire leurs emplettes, et du marché aux fleurs, vibrant de couleurs. Admirer ensuite la structure de la Gare Centrale que l’on doit à Gustave Eiffel (oui, le même architecte responsable de la Tour Eiffel à Paris).

Se diriger ensuite vers le Paseo Ahumada (le métro est très pratique pour vous rapprocher des endroits souhaités), voie piétonne qui relie la Plaza des Armas à l’Alameda Bernardo O’Higgins. Vous pourrez y faire du magasinage et y croiser tout Santiago.

C’est le centre névralgique de la ville, où hommes d’affaires, familles, touristes, vendeurs ambulants et touristes se mêlent dans une joyeuse foule bigarrée.

Midi

S’arrêter dans un restaurant ou à un vendeur de sandwichs ambulant pour prendre le pouls de la ville sur ce passage avant de prospecter plus loin.

Après-midi

En déambulant sur l’Alameda, artère principale de Santiago, on ne peut s’empêcher d’admirer la grandeur de la capitale chilienne avec ses larges trottoirs, ses grandes avenues et bâtiments imposants. Ici, tout est grand, large. Y compris les arbres qui bordent les avenues.

Une visite à l’imposante église San Francisco (XVIe siècle) en grès rouge permet, entre autres, d’admirer l’influence mauresque imposée par une époque de colonisation espagnole, et de visiter dans son cloître, le Museo de Arte Colonial San Francisco.

Prendre le temps de visiter le magnifique Musée d’art précolombien qui renferme d’importantes collections sur les civilisations précolombiennes et qui nous instruit sur l’Histoire, les rites, l’artisanat, les traditions et modes de vie des incas, des mayas, des mapuches, des aztèques et des aymaras.
Un must.

Soir

Aller se perdre dans le dédale de ruelles du Barrio Paris-Londres bordées de splendides demeures des années 1920 et y manger un morceau.

48h, c’est toujours trop peu pour découvrir une ville. Juste assez pour tomber sous le charme et décider de reculer son vol.

Renseignements

Y aller : Delta offre des vols réguliers à partir de Toronto (14h)

Où dormir : Hotel-boutique Lastarria. Adorable hôtel de 14 chambres au cœur du quartier en vogue Lastarria. www.Lastarriahotel.com

Où manger : Bocanariz. Primé, plébiscité, ce restaurant vaut vraiment la peine de s’y arrêter, eut égard à sa carte de vins impressionnante et à la qualité de sa cuisine.

Pour visiter et découvrir les alentours : la compagnie Santiago adventures offre des visites guidées intelligentes, complètes et conviviales de la ville ainsi que des excursions dans les vignobles et les montagnes environnantes.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Des Dénisoviens au Tibet?

Les premiers humains arrivés sur les hauts plateaux du Tibet étaient peut-être des Dénisoviens, ces mystérieux cousins dont on sait encore peu de choses.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 7h00

Les Red Wings gâchent le retour de William Nylander

La partie de lundi soir marquait le retour dans la formation torontoise de l'attaquant William Nylander.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 23h26

ARTmonie contre les stéréotypes de genre

Viamonde
Des élèves des écoles Micheline-Saint-Cyr, de Toronto, et De-Lamothe-Cadillac, de Windsor, ont remporté le concours ARTmonie dans les écoles du Conseil scolaire Viamonde.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 17h00

Université et commissariat: il faut une protection constitutionnelle

Le temps est venu d’enchâsser dans la Constitution du Canada des droits linguistiques pour la population de l’Ontario.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 15h00

Immersion dans l’Université de Toronto, dans le top 25 mondial

U of T
Plus grande université du Canada, l'Université de Toronto est une institution de prestige reconnue dans le monde entier.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur