250e anniversaire de la première paroisse en Ontario

Sur les bords de la rivière Détroit, aujourd'hui Windsor

L'église de l'Assomption en 2017


2 octobre 2017 à 12h58

C’est le 3 octobre 1767 que la paroisse L’Assomption est fondée sur les bords de la rivière Détroit. À l’époque, cette première paroisse en terre ontarienne – sur le site actuel de Windsor – était entièrement de langue française.

La mission de la Bienheureuse Vierge Marie chez les Hurons a précédé la paroisse. Elle est fondée par le missionnaire jésuite Armand de la Richardie à l’été 1728; il l’installe sur l’île Bois-Blanc, au milieu de la rivière Détroit.

En 1749, le jésuite Pierre Point déménage la mission sur la rive sud et y célèbre une première messe le 8 septembre. Potier amènera la mission à son statut de paroisse en 1767 et en deviendra le premier curé. Elle sera la seule paroisse catholique pendant soixante ans. La deuxième, Notre-Dame d’Ottawa, ne sera créée qu’en 1827.

L'église de l'Assomption en 1767
L’église de l’Assomption en 1767

Quand le diocèse de London est créé en 1856, Mgr Pierre-Adolphe Pinsonneault est nommé évêque. Trois ans plus tard, il transfert le siège épiscopal à Sandwich (Windsor) et l’église de l’Assomption devient une cathédrale pendant dix ans.

L’édifice est situé dans le plus ancien quartier de la ville de Windsor, juste au pied du pont Ambassador, à deux pas du campus de l’Université de Windsor. À partir de 1870, les affaires de la paroisse passent de la Société de Jésus (Jésuites) à la Congrégation de Saint-Basile (Basiliens).

Vers le milieu du XIXe siècle, l’artiste Antoine Plamondon (1804-1895) a peint un de ses chefs-d’œuvre pour l’église de Sandwich/Windsor, soit un tableau représentant l’Assomption de la Vierge Marie. On peut le voir chaque 15 août, fête de l’Assomption. C’est la seule journée ou l’église est ouverte.

L’évêque actuel de London, Mgr Ronald Fabbro, lui-même prêtre basilien, a célébré la dernière messe dans l’église de l’Assomption le 2 novembre 2014. L’édifice nécessite des rénovations d’au moins sept millions de dollars, somme qui n’a pu être récoltée, ce qui a entraîné la fermeture de l’église actuelle qui date de plus de 170 ans.

Durant la semaine, une messe a lieu dans la chapelle Rosary qui jouxte l’église. Le dimanche, la messe est célébrée dans une autre église qu’on appelle Assumption Parish, McEwan Campus.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur