2019: les Franco-Ontariens ne sont pas au bout de leurs peines

Enjeux francophones au Canada en 2019

500 personnes à la porte du député d'Etobicoke Nord le samedi 1er décembre. Près de 15000 aux quatre coins de la province.


2 février 2019 à 8h00

La population franco-ontarienne n’est pas au bout de ses peines face aux coupes dans les services en français, préviennent les experts.

Le gouvernement provincial de Doug Ford pourrait sabrer dans les services en français en santé et en éducation, et ainsi raviver le mouvement de la Résistance, discret depuis les manifestations de décembre. Également, les milieux culturel et artistique craignent le pire.

Rappelons que l’année 2018 s’est terminée en queue de poisson pour la population franco-ontarienne. Le Commissariat aux services en français, l’Université de l’Ontario français, le Conseil des arts de l’Ontario: les annonces de coupes se sont succédées, ce qui a donné lieu à un mouvement de résistance puissant chez les francophones et francophiles de la province.

La professeure adjointe au département de science politique du Collège militaire royal du Canada à Kingston, Stéphanie Chouinard, prédit que les onze prochains mois risquent d’être tout aussi sombres pour les Franco-Ontariens.

Les RLISS dans la mire

De grandes institutions pourraient fort bien passer dans le tordeur du gouvernement Ford. C’est le cas notamment des réseaux locaux d’intégration des services de santé (RLISS) – et leurs «entités» consultatives francophones – qui risquent carrément de disparaitre pour être remplacés par cinq organismes.

Stéphanie Chouinard

«C’est inquiétant parce que ces entités de planification permettaient dans les différentes régions désignées de l’Ontario français de répondre à des besoins bien spécifiques de la communauté francophone», soutient la politologue. «Ce sera plus difficile pour les services de santé de la province d’être proactif en matière de services en français si ces entités disparaissent.»

Les 14 RLISS de la province ont pour mission de redistribuer le financement accordé par la province à différents fournisseurs de services de santé dans leurs régions respectives.

Ceux-ci offrent des programmes de santé dans les hôpitaux, les centres de santé communautaire, les foyers de soins de longue durée et auprès des fournisseurs de services de santé mentale et de lutte contre les dépendances. Ce sont également les RLISS qui sont responsables de la prestation de soins à domicile et en milieu communautaire.

Plus d’élèves par classe

Afin de redresser son budget qui sera dévoilé en avril prochain, le gouvernement conservateur envisage aussi de sabrer les dépenses en éducation, selon Stéphanie Chouinard. Ces coupes pourraient notamment se traduire par un ratio professeur-élève accru, donc des classes plus nombreuses.

«Pour la qualité de l’éducation dans les écoles de toute la province, qu’elles soient francophones ou anglophones, ce serait inquiétant. Les études démontrent très bien que plus un enseignant a de têtes de pipe dans sa salle de classe, plus la qualité de l’enseignement devient difficile à maintenir. Et ça devrait inquiéter les parents des conseils francophones publics et catholiques.»

De fait, la réforme éducationnelle du gouvernement libéral de Dalton McGuinty, qui plafonnait à 20 le nombre d’élèves par classe au primaire, avait permis au ministère de l’Éducation de l’Ontario d’observer une hausse de 10 points de pourcentage aux tests de compétence.

Moins d’activités francos

Les artistes franco-ontariens craignent également des coupes dans les activités culturelles et artistiques dans les écoles. Le mot se passait à Contact ontarois, un évènement qui regroupe les artistes de la scène et les acheteurs de spectacles francophones, qui se tenait à la mi-janvier.

Vincent Poirier
Vincent Poirier

Vincent Poirier, du groupe humoristique Improtéine, admet que des diffuseurs scolaires qui sont responsables des présentations dans plus de 400 écoles lui ont confié être frileux. «Ils font comme si tout allait bien aller, mais il y a beaucoup de craintes des écoles entre autres que les budgets culturels soient coupés», confie-t-il.

Vincent Poirier a d’ailleurs remarqué que le téléphone sonne moins souvent depuis quelque temps pour la présentation de spectacles dans les écoles.

«On commence à y voir plus clair et à observer un lien [entre la baisse des contrats et la crainte de coupures]. Fut un temps où on tournait beaucoup dans les écoles d’immersion ici, à Ottawa, et soudainement il y en a moins.»

Quand ça nous chante… pas

D’ailleurs, l’Association des professionnels de la chanson et de la musique a fait savoir que son festival Quand ça nous chante, qui est présenté dans les écoles, sera amputé cette année.

William Burton, un jeune leadeur de la francophonie ontarienne, déplore qu’un festival aussi important pour l’identité des élèves du secondaire n’obtienne pas les fonds nécessaires.

«Ce sont ces évènements qui ont façonné mon identité et ma fierté francophone, s’exclame-t-il. C’est là que beaucoup de jeunes découvrent des artistes [francos] et trouvent ce qu’ils veulent faire comme métier, donc ça m’inquiète beaucoup.»

Vincent Poirier dénonce lui aussi le fait que ce soient encore les jeunes qui payent la note.

Course à la chefferie libérale

La place que prendront les enjeux linguistiques lors de la course à la chefferie du Parti libéral de l’Ontario retiendra également l’attention des francophones en 2019.

Le nouveau chef qui remplacera la première ministre sortante, Kathleen Wynne, pourrait être élu soit avant les élections fédérales d’octobre prochain, ou au plus tard en 2020. Les candidats qui révèleront leurs intentions au cours de cette année risquent de devoir répondre à une communauté francophone en quête d’appuis.

Enjeux 2019
Nathalie DesRosiers et Marie-France Lalonde.

«Le Parti libéral de l’Ontario ayant vraiment tenté de se faire le grand champion de la francophonie ontarienne à Queen’s Park au cours des dernières années, ce sera intéressant de voir quelle direction le nouveau ou la nouvelle chef prendra vis-à-vis de la francophonie ontarienne», relève la politologue Stéphanie Chouinard.

«Si on en croit les sorties des [députées] Nathalie DesRosiers et Marie-France Lalonde, ce sera encore un enjeu important pour le parti.»

Cette course servira de piste de réflexion pour la députée indépendante Amanda Simard, qui envisage peut-être de faire le saut chez les libéraux. La jeune politicienne a claqué la porte aux conservateurs provinciaux en guise de protestation face aux coupes dans les services en français.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur