2017: appel aux francophones, francophiles et franco-curieux

Sylviane Lanthier
Partagez
Tweetez
Envoyez

À quoi pensait le commissaire Graham Fraser en entrant au travail pour la dernière fois, récemment, au terme d’un mandat de dix ans au service des langues officielles?

«Peut-être au message qu’il martèle depuis les débuts de son mandat: les langues officielles, le bilinguisme sont l’affaire de tout le monde au pays, et pas seulement des francophones», imagine la présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier dans son message de fion d’année.

«Chacun doit se sentir concerné. La bonne nouvelle de la dualité linguistique appartient à chaque Canadien et Canadienne; et le projet de société qu’elle sous-tend aussi», poursuit-elle.

«Comment ne pas être d’accord? Cette vision généreuse, inclusive, voulant que l’on partage des valeurs communes qui sculptent une identité canadienne unique, c’est aussi celle que la FCFA met de l’avant.»

Plus que jamais en 2016, le lobby politique des francophones hors Québec a eu des occasions pour le dire et le répéter: «la dualité linguistique n’a de sens et de réalité que si on comprend à quel point elle s’appuie sur la présence du fait français partout au pays, et donc sur des communautés francophones vivantes, actuelles, dynamiques et modernes.»

De telles communautés, explique-t-elle, serait «équipées pour faire face aux défis qui les attendent et les surmonter». Elles seraient «fières de leurs accomplissements et ayant les moyens de leurs aspirations». Elles contribueraient «de façon positive et significative au grand projet canadien».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour porter ces messages, la FCFA a comparu devant quelque 10 comités parlementaires en cours de l’année, participé à presque autant de consultations, rencontré députés, ministres, sénateurs et sénatrices, animé la concertation de grands joueurs de la francophonie canadienne, pris position en faveur du développement de nos communautés dans de multiples secteurs: éducation, petite enfance, médias communautaire, justice, réforme électorale, immigration…

Au terme de cette année «boulimique et hyperactive», elle se dit heureuse des avancées obtenues: création du volet Mobilité francophone à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, annonce de la révision du règlement de la Loi sur les langues officielles, retour prévu du Programme de contestation judiciaire.

Pour 2017, elle attend beaucoup du futur Plan d’action pour les langues officielles, ainsi que de l’implication des  «francophones, francophiles, franco-curieux»… «Mais nous ne sommes pas naïfs. Nous savons bien que les minorités, quelles qu’elles soient, sont condamnées à lutter. Mais elles sont aussi appelées à évoluer et dans notre cas, à tendre la main à leurs partenaires de tous horizons.

Le 31 décembre, Calgary a célébré la fin de 2016 et l’arrivée de 2017 dans le cadre d’une cérémonie où les deux langues officielles étaient mises en valeur. «Grâce à un maire ouvert et visionnaire», dit-elle. «C’est un peu du rêve de Graham Fraser qui se réalise: les langues officielles, c’est aussi aux anglophones de les porter et de les valoriser.»

2017 sera aussi l’année où, célébrant les 150 premières années de la Fédération canadienne, et «nous devrons construire les 150 années du Canada à venir», souligne Mme Lanthier. «Construisons-les pour qu’elles soient meilleures encore pour nous, notre identité, nos enfants, nos amis, nos voisins».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur