Le dopage n’est pas le seul moyen controversé d’améliorer les performances physiques

Chirurgie et génétique dans la mire des agences anti-dopage

Xavier Bigard-conférence
Xavier Bigard, de l'Agence française contre le dopage, a nuancé les valeurs sportives.
Partagez
Tweetez
Envoyez

«Science sans conscience n’est que ruine de l’âme», prescrivait Rabelais pour l’éducation de Gargantua. C’est sur cette notion de conscience et d’éthique qu’a choisi de s’attarder le chercheur et conseiller scientifique de l’Agence française de lutte contre le dopage Xavier Bigard, conférencier à l’Alliance française de Toronto le 3 avril.

Trois domaines d’éthiques sont propres à l’amélioration des performances humaines: sportive, médicale et scientifique.

«Le sport est la congruence de ces trois domaines», selon Xavier Bigard, «avec les valeurs sportives, les médecins qui encadrent les sportifs, et un côté scientifique plus récent et de plus en plus présent dans l’amélioration des aptitudes sportives.»

Xavier Bigard-conférence
Xavier Bigard.

Dopage et manipulation génétique

Différentes méthodes plus ou moins connues sont disponibles pour améliorer les compétences physiques dans le milieu sportif: nutrition, entraînement, dopage, chirurgie et… manipulation génétique!

Cette dernière n’en est qu’à ses prémices, mais les premières pistes sont parfois loin d’être moralement acceptables. Va-t-on aller jusqu’à sélectionner les gènes des futurs sportifs afin qu’ils soient plus prédisposés à battre des records? Les fédérations sportives pourraient se rebiffer.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Néanmoins, la question d’éthique reste ici ambiguë: qu’en est-il des personnes handicapées qui pourraient réussir à faire du sport grâce à ce genre de démarches?

Le plus important, rappelle le docteur Bigard, est de minimiser les risques pour la santé. «Mais avant d’en arriver là, un long chemin reste encore à faire.»

Malheureusement, s’il y a une alternative pour laquelle la route est déjà toute tracée dans le monde sportif, c’est bien le dopage. L’Agence mondiale antidopage publie chaque année une liste des interdictions qui est distribuée à tous les sportifs de haut niveau et téléchargeable gratuitement sur son site.

Pourtant, les tests de dopages continuent de détecter l’usage de substances dopantes comme le GW1516 chez certains sportifs. C’était le cas cette année de 43 sportifs russes bannis des Jeux olympiques d’hiver 2018.

Chirurgie réparatrice

Autre accélérateur de performances moins connu: la chirurgie réparatrice ou de remplacement. Vous ne courez pas assez vite? Pas de panique, on remplace votre tendon ou votre ligament par du carbone, et ça fera l’affaire.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’homme basculerait lentement mais sûrement vers l’androïde, au profit d’une course plus rapidement gagnée, d’un javelot lancé plus loin et plus rapidement. Là encore, l’idée paraît scandaleuse.

Mais qu’en est-il du cas des jeux paralympiques et du tristement célèbre Oscar Pistorius aux jambes de carbone? En ce qui concerne les athlètes handicapés physiquement, la chirurgie réparatrice semble être ici une solution censée et humaine.

Oscar Pistorius / Xavier Bigard
Oscar Pistorius en pleine course.

L’éthique serait donc le vernis des valeurs sportives. Mais elle peine à en couvrir les dérives.

Les nuances restent cependant multiples.  À l’approche des Jeux olympiques 2024 de Paris, cette compétition emblématique des principes qui animent le sport reste au cœur du débat éthique et de l’action du professeur Bigard.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur