Voyage à Stockholm, sur les traces de Millenium

Une place publique dans la vieille ville de la capitale suédoise.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Lectrice assidue de Millenium, la trilogie suédoise au succès mondial écrite par Stieg Larsson, je me suis longtemps promis de partir explorer le terrain de jeux de Lisbeth Salander et de Mikael Blomkvist, les héros de la série policière.

En arrivant dans la capitale suédoise Stockholm, en ce mois de juillet, je découvre une autre facette, plus lumineuse, de celle qu’on a baptisé la Venise Scandinave.

La trilogie policière Millenium.

L’île de Södermalm

C’est dans l’île de Södermalm que je pars sur les traces des héros de Millénium. Cet ancien quartier ouvrier de Stockholm s’est transformé en lieu huppé et branché et a été le décor des romans de Stieg Larsson.

Je prends plaisir à retracer l’univers des romans tout en m’imprégnant de l’atmosphère, des gens et des boutiques.

Une grande place cerclée de terrasses et de restaurants offre de sympathiques occasions de rencontres et d’échanges, tout comme le parc un peu plus loin. Des friperies et magasins bios attirent une certaine faune.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Une place publique dans la vieille ville.

Pas aussi sombre que pour Blomkvist et Salander

C’est au coin de la rue Hökens Gata que se trouvent les bureaux du journal Millenium, dans la rue Bellmansgatan que l’auteur a choisi de loger son journaliste d’investigation Mikael Blomkvist.

Je verrai également dans le quartier le loft de la pirate informatique Lisbeth Salander et un restaurant où elle attire l’attention de Blomkvist. Je replace les actions dans les rues, les magasins.

Toutefois, en entendant résonner les rires et en regardant le bleu du ciel de cet été, je trouve difficile de plonger dans le Stockholm sombre de Larsson. Les landaus, les groupes d’amis qui se chamaillent joyeusement me distraient de la noirceur et du mystère que j’associe à Stockholm.

Depuis le sud de l’île, je contemple la tour de l’Hôtel de Ville et l’architecture si typique de la ville. Les couleurs, la chaleur, l’indigo du bleu de l’eau m’invitent à une autre découverte, plus estivale.

Les bureaux du magazine fictif Millenium sont situés au-dessus de cette boutique.

Dédale d’eau et de végétation

Les 2 135 612 habitants de Stockholm se partagent une superficie de 6 500Km2. Située sur un archipel de la mer Baltique, la capitale de Suède compte 14 îles et 50 ponts. 40% de sa superficie est recouverte de bois et de parc.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Une invitation plus que tentante à venir se perdre dans ce dédale d’eau et de végétation.

C’est à pied que je prendrai la mesure de l’omniprésence de l’eau. Au bout de 16km, je me rends compte que je n’ai fait que contourner des lagunes, franchi des ponts ou passé sous des canaux. Il ne m’était pas venu à l’idée en lisant ma saga suédoise, que la ville était à ce point grignotée par l’eau.

Les locaux se servent du reste d’un laissez-passer qui s’applique au bus, métro et bateaux pour circuler dans leur métropole.

L’Hôtel de Ville de Stockholm.

Gamla Stan, la vieille ville

De Södermalm, je m’aventure dans la vieille ville, Gamla Stan, connue et photographiée pour ses façades colorées et crénelées datant des XVIIe et XVIIIe siècles.

Le centre névralgique de ce quartier est sans doute l’adorable place Stortorget avec ses petits restaurants et ses bars animés tout autour. L’ambiance y est à la fois festive et décontractée.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À partir de là, on peut rayonner et partir fouiner dans les nombreux commerces qui la bordent, explorer ses monuments connus, comme le siège de l’Académie suédoise, le Musée et la Bibliothèque Novel, l’église allemande et un peu plus haut le Palais Royal et la cathédrale médiévale de Storkyrkan.

Je m’aventure dans les ruelles pavées à la découverte de celle qui abrite le bar où l’on vient se «désaltérer» à toute heure du jour, de celle où l’on peut toucher les deux pans de rue en étirant juste ses bras et ses jambes ou encore celle qui abrite le meilleur marchand de glace.

Je m’y trouve bien et flânerai longtemps, à mille lieux du massacre de 1520, quand des membres de la noblesse suédoise furent exécutés sur l’ordre du roi danois Christian II.

Un café-terrasse de la vieille ville.

Moderne place Kungsträdgården

Contournant les quais, je me rapproche de la partie plus moderne de la ville qui compte le quartier des boutiques internationales, la fameuse place Kungsträdgården, qui réunit tous les habitants et de nombreux touristes dès la floraison des cerisiers de part et d’autre du bassin début avril.

Le Grand Hotel observe son reflet dans l’eau. Toutes les stars du cinéma et les personnalités s’y retrouvent. Temps pour moi d’aller y faire un tour et de voir si je peux croiser une tête connue autour d’un thé.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La ville en cette saison me charme et je prends plaisir à la découvrir aussi depuis le bateau, me mêlant aux vacanciers et touristes qui s’évadent le temps d’une promenade tout autour de la ville ou vers le château de Drottningholm, palais de la famille royale de Suède.

La vue sur Stockholm est imprenable et le plaisir de la navigation (même courte) bien doux.

L’Hotel royal Drottningholm de Stockholm.

Le métro au centre de la Terre

Si les familles vont se divertir dans le parc d’attraction et les voyageurs arpenter l’un des 50 musées que la capitale abrite, je cherche pourtant à retrouver l’ambiance de Millenium et m’aventure dans les sous-sols.

Le métro creusé en profondeur, se découvre en bas d’escaliers mobiles interminables plongeant à la verticale au centre de la Terre.

Un large réseau permet de traverser la ville sous terre et les stations révèlent bien des surprises avec des décorations personnalisées qui ont donné lieu à des visites guidées. Ces lieux confinés qui se déploient sur plusieurs kilomètres me permettent de renouer avec l’atmosphère mystérieuse et oppressante des romans.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Le métro de Stockholm dans les profondeurs de la Terre.

Vallons et forêts en banlieue

C’est ici que les retrouvailles avec une journaliste suédoise rencontrée en voyage le mois dernier m’ouvrent les portes sur une nouvelle aventure, entre vallons et forêts, dans la banlieue de Stockholm.

Le caractère historique et le rythme urbain cèdent la place à des pâturages foulés par des vaches qui ne sont pas sans rappeler la Suisse et des forêts qui me ramènent au Canada. Les élans s’y promènent, les pics verts y vont de leur musique et les promeneurs viennent s’y détendre à pied ou à bicyclette.

Entre ville culturelle et branchée et poumon vert de la Scandinavie, mon cœur balance.

De Millenium au Groupe des Sept, il n’y a qu’un océan à franchir.

Les facades colorées de Stockholm.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur