Vous prendrez bien un peu de Maroc?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Quel est le meilleur ambassadeur d’un pays? Sa cuisine! Lundi soir dernier à l’hôtel Hyatt-Park de Toronto, on l’avait bien compris. C’est autour d’un dîner gastronomique que Nouzha Chekrouni, ambassadrice du Maroc au Canada, a donné rendez-vous à la communauté marocaine de Toronto, en présence du ministre du Tourisme de son pays, Lahcen Haddad.

C’était l’occasion de donner une toute autre saveur aux relations entre le Maroc et le Canada.

Invité d’honneur: le tourisme

Apprécier le dîner, oui, mais sans pour autant perdre le nord… ou plutôt le Maroc. «Ce dîner fait partie d’une stratégie pour mobiliser les Torontois et promouvoir le tourisme marocain au Canada et en Ontario», explique Nouzha Chekrouni.

«Le Maroc est une destination très compétitive au niveau international, qui dispose d’une position de leader en Afrique. Il s’agit donc de mettre le tourisme en avant, et de donner un avant-goût de la culture marocaine à travers sa cuisine», ajoute l’ambassadrice.

En 2014, le cap est donc mis sur le Canada. Une position renforcée par le déplacement du ministre du tourisme marocain, qui a exprimé sa volonté de rapprochement entre les deux pays.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous souhaitons développer davantage le tourisme entre Toronto, l’Ontario, et le Maroc. L’Ontario a énormément à offrir en termes de culture, de tourisme et d’innovation. Mais le Maroc a également beaucoup à offrir au Canada», a affirmé M. Haddad.

Développement économique

L’ambassadrice a également profité de son passage à Toronto pour rencontrer la communauté d’affaires torontoise et ses investisseurs.

«Les relations économiques sont très bonnes et se développent d’année en année, notamment via la société Exportation et Développement Canada (chargée de développer le commerce extérieur canadien). Nous sommes fiers d’accueillir plusieurs franchises canadiennes au Maroc. Beaucoup de firmes se déplacent, notamment dans des secteurs clefs. Ce sont des chantiers intéressants à développer», raconte Mme Chekrouni, avant de mettre l’accent sur l’importance de la communauté francophone.

«C’est un levier important de développement économique. Ce n’est pas seulement le partage d’une langue, c’est un véritable levier qui renforce la communauté marocaine et son rayonnement.» En tous cas, ce soir-là, quelle que soit la langue, tous les palais ont semblé satisfaits!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur