Vivre en société est égoïste

Maurice Henrie, Odette, roman, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 2020, 172 pages, 19,95 $
Partagez
Tweetez
Envoyez

«Tout le monde a un petit quelque chose à dissimuler. On le cache soigneusement aux autres, parfois à soi-même.» C’est un peu ce que Maurice Henrie tente de démontrer dans son tout dernier roman intitulé Odette. Il illustre aussi comment le mensonge fait partie de la vie et facilite les rapports entre les gens.

Odette et Paul en sont les principaux personnages. Elle: jeune femme avec «ce mélange fascinant d’innocence et de séduction, de maturité et d’inexpérience». Lui: homme dont l’existence «manque de direction, de poids, de justification0».

Un secret

Pendant plus de 150 pages, Odette et Paul n’échangent pas un seul mot, ce qui n’empêche pas ce dernier de devenir fasciné, subjugué, obsédé. S’est-il amouraché d’un fantôme? Chose certaine, Paul s’attend à découvrir un secret, mais il n’a aucune idée de l’ampleur et des proportions que ce secret pourra prendre en réalité.

Ancien haut fonctionnaire, Maurice Henrie campe son intrigue au ministère des Affaires étrangères, dans l’ombre d’un sous-ministre rusé. Il s’amuse à faire rimer diplomatie avec méfiance, filature, espionnage et ambiguïté. La complexité et l’énormité des confidences nous tiennent constamment en haleine.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Comme toujours, Maurice Henrie observe et analyse le comportement humain avec un doigté surprenant. En fin psychologue, il réussit à expliquer comment «il y a toujours quelque chose de brutal et d’égoïste à vivre en société». Perdants et gagnants s’entrecroisent; « si on veut survivre, il faut chercher à se ranger du côté des gagnants».

Philosophie

Ce qui m’a particulièrement plu dans ce roman, ce sont les remarques glissées ici et là, tantôt philosophiques, tantôt sociologiques. En voici un exemple: «Les souliers d’une femme sont une bonne indication sur son état, sur ses intentions pis même sur son train de vie.» Ou encore: «La réputation qu’on a, bonne ou mauvaise, tient autant de la rumeur que de la vérité.»

Odette est un roman qui confirme, si besoin il y a, qu’hommes et femmes sont toujours prêts pour une aventure.

Depuis 1988, Maurice Henrie a publié une vingtaine de romans, essais, recueils de nouvelles et carnets littéraires. Il a remporté le Prix de la Ville d’Ottawa à plusieurs reprises et a décroché le Prix Trillium ainsi que le Prix des lecteurs de Radio-Canada.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur