Virus du Nil: premiers moustiques infectés de l’été

Partagez
Tweetez
Envoyez

La région de Toronto a détecté pour la première fois cette saison la présence de moustiques porteurs du virus du Nil occidental (VNO), ce qui porte à trois le nombre de provinces où des insectes infectés ont été recensés au cours des derniers jours.

Selon l’Agence de la santé publique du Canada, citée par Radio-Canada, les moustiques infectés ont été trouvés à Toronto et dans les régions de Peel, d’Hamilton et de Durham, en Ontario, ainsi que dans la vallée Pembina au Manitoba et dans le sud-ouest de la Saskatchewan.

Au total, près de 3000 échantillons ont été testés dans cinq provinces. Aucun être humain n’a été infecté pour l’instant cet été.

Risque élevé en ville

Le virus du Nil occidental se transmet chez l’humain par la piqûre d’un moustique infecté qui contamine alors le sang de la victime. Le risque d’être infecté est particulièrement élevé en ville.

«Quand on peut faire le ménage de sa cour, déjà, on a un pas d’avance sur cet insecte-là», de dire Robert Chénard, responsable de la gestion des opérations de prévention VNO.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En effet, l’eau stagnante qui s’accumule sur les couvertures de piscine, soucoupes de pots à fleurs, poubelles et gouttières attirent les moustiques.

Apparu en 1937 en Ouganda, dans la région du Nil occidental, le VNO est arrivé au Canada en 2001.

Certaines personnes infectées ne présentent pas de symptômes et ne sont pas malades. Une personne sur cinq aura des symptômes bénins, comme de la fièvre et des maux de tête et des douleurs physiques. Une éruption cutanée bénigne ou une enflure des glandes lymphatiques peut aussi se manifester.

Chez les personnes qui tombent malades, les symptômes apparaissent habituellement dans un délai allant de 2 à 15 jours. Moins de 1% des personnes contaminées seront victimes de complications qui peuvent entrainer la mort.

Les personnes qui ont une déficience immunitaire sont celles qui courent le plus grand risque de développer la méningite (inflammation de la membrane du cerveau ou de la moelle épinière), l’encéphalite (inflammation du cerveau) et la paralysie flasque aiguë (syndrome apparenté à la polio et qui peut entraîner une perte de fonction d’un ou de plusieurs membres).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les symptômes

Parmi les symptômes, on note l’apparition rapide de migraines sévères, une forte fièvre, une raideur au cou, des nausées, de la difficulté à avaler, des vomissements, de la somnolence ou de la confusion, des évanouissements, un manque de coordination, de la faiblesse musculaire ou de la paralysie.

On note aussi parfois des problèmes de coordination, le parkinsonisme et la dégénérescence musculaire.

Quiconque constate l’apparition soudaine de ces symptômes devrait consulter un médecin sans tarder, selon l’Agence de la santé publique du Canada.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur