Vers une Loi sur les langues autochtones

23e Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne

francophonie

La cheffe régionale du Yukon de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Kluane Adamek. (Photo: Denis Lord)


12 juillet 2018 à 12h00

Signe des temps et du lieu où se déroulait la 23e Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne, c’est la cheffe régionale du Yukon de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Kluane Adamek, qui a prononcé le discours d’ouverture de l’événement, le 5 juillet dernier à Whitehorse.

Alternant entre le français et l’anglais, Mme Adamek a tracé des parallèles entre le français et les langues autochtones tout en soulignant les limites utiles de telles comparaisons.

Droits ancestraux

«Ici au Yukon, le fait d’avoir des ancêtres francophones donne le droit d’aller dans une école francophone», a-t-elle dit, précisant qu’au nom de l’équité, les élèves autochtones devraient se voir offrir des choix similaires.

«Une jeunesse autochtone plus forte est un Canada plus fort», a avancé Mme Adamek, «de la même façon qu’une francophonie plus forte est un Canada plus fort.»

C’est à l’âge adulte qu’on doit aujourd’hui reconquérir les langues de sa famille paternelle, le tlingit et le tutchone sud, deux des huit langues autochtones du Yukon.

«La perte des langues a été forte ici», a-t-elle dit. «Comment faire pour créer une école où les enfants puissent apprendre le langage de leur choix, et qu’ils soient appuyés pour le faire et aient les ressources nécessaires?»

Il faut aussi, a spécifié Mme Adamek, s’interroger sur les mesures qui doivent être mises en place en dehors de l’école.

Revitalisation

La jeune cheffe croit qu’aujourd’hui se dessine une excellente conjoncture historique pour aller de l’avant: «Le leadership en parle plus que jamais.»

Un travail remarquable pour la revitalisation des langues autochtones a maintenant lieu, de dire Mme Adamek, favorisé par les gouvernements autochtones.

Elle a cité le cas des Micmacs au Nouveau-Brunswick, salué le travail de Jacey Firth pour le gwich’in et du gouvernement tlicho aux Territoires du Nord-Ouest, un modèle pour le Yukon à ce titre, même si dans ce dernier, deux Premières Nations développent actuellement leurs propres lois sur les langues.

L’article 35

Et il y a bien sûr la future Loi sur les langues autochtones.

Lors de la Conférence, la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly a rappelé que son gouvernement a mené des consultations sur les langues autochtones, avancé douze principes pour leur revitalisation et investi des sommes importantes. Elle a dit que son gouvernement allait «constitutionnaliser» la protection des langues autochtones à l’automne, par le biais de l’article 35 de la Constitution.

Soulignant l’intérêt du premier ministre Justin Trudeau pour la modernisation de la Loi sur les langues officielles, Mme Joly a dit son gouvernement capable de simultanément «renforcer la francophonie» et de collaborer à la sécurité linguistique des Autochtones, reliée à la santé mentale et à la progression sociale.

Pour la ministre, il n’y a pas de concurrence entre le français et les langues autochtones.

«Il faut éviter que les langues soient en compétition, mais qu’elles se complètent», a commenté le ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne du Québec, Jean-Marc Fournier.

Dans la Loi sur les langues officielles?

Le gouvernement fédéral privilégie l’avenue de l’article 35 pour protéger les droits linguistiques autochtones. La cheffe régionale du Yukon de l’APN aurait-elle préféré que cela se fasse dans le cadre de la Loi sur les langues officielles?

«Il faudra avoir une conversation sur le quoi et le comment avec les ayants droit», a prévenu Mme Adamek. «Nos communautés voudraient que leurs droits soient honorés et reconnus de la même façon que les titulaires de droits langagiers. Il y a plusieurs façons pour ça.»

La consultation est encore évoquée par Mme Adamek lorsqu’il est question de stratégies de revitalisation des langues autochtones. Pourrait-on fusionner, uniformiser des langues autochtones de mêmes familles ayant un faible nombre de locuteurs pour améliorer leurs chances de survie, à l’instar du projet qui fait controverse chez les Inuits?

«C’est une question qui est souvent posée», de dire Kluane Adamek. «C’est un bon temps pour que les collectivités en parlent, spécialement les Aînés. Ça doit être une solution communautaire. Le nombre de locuteurs n’est pas important. L’accent doit être d’appuyer les gens pour qu’ils trouvent leur identité culturelle et leur fierté à travers leur langue. C’est à propos de la revitalisation.»

Mme Adamek a appris le français en immersion en Ontario.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

De bouche à oreille, de retour pour une deuxième saison

De bouche à oreille
Nouveauté: des rencontres informelles au Coq of the Walk
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h53

Blague franco-ontarienne

Demain, 25 septembre, sera la Journée des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes. Ce n’est pas un jour férié, comme la Fête nationale au Québec, mais...
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h23

Des sondes japonaise et américaine vont ramener de la poussière d’astéroïde

astéroïde
De la haute voltige: la semaine dernière, la sonde japonaise Hayabusa 2 s'est approchée de l’astéroïde Ryugu pour larguer deux mini-robots.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 13h00

Un trésor à découvrir au Musée des beaux-arts de Montréal

MBAM
Resplendissantes enluminures de livres d’heures au MBAM
En lire plus...

23 septembre 2018 à 11h00

Témoignage aussi déchirant que nécessaire

Jonas Gardell
Au début des années 1980, le sida est considéré comme la maladie des homos, la nouvelle peste, voire la punition de Dieu.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 9h00

Quiz : Jean-Paul 1er

23 septembre
Vrai ou Faux: Jean-Paul 1er demeure, à ce jour, le dernier pape de nationalité italienne? Et d'autres questions sur ce pape assez spécial.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 7h00

Difficile retour à la vie civile après l’Afghanistan

L'Aquilon
Le capitaine Jocelyn Démétré a écrit son histoire pour exorciser ses démons
En lire plus...

22 septembre 2018 à 11h00

Les écoles des Franco-Colombiens coûtent trop cher?

Après un procès lancé en 2013 et un appel qui s’est soldé en juillet par une défaite, l’ultime recours est la Cour suprême du...
En lire plus...

22 septembre 2018 à 9h00

Crêpe Street, le vendeur de crêpes itinérant à Toronto

food truck
Le camion Crêpe Street, crée par un jeune Français et sa compagne torontoise, sillonne les rues de Toronto depuis deux mois.
En lire plus...

21 septembre 2018 à 13h00

Une croisée des mots pancanadienne à Toronto

Bibliothèque de Yorkville
Blaise Ndala le 18 octobre à la Bibliothèque de référence, puis à Didier Leclair le 15 novembre à Yorkville.
En lire plus...

21 septembre 2018 à 11h25

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur