Vers la Chine, comme toujours

Partagez
Tweetez
Envoyez

Il est devenu redondant de parler de l’essor économique de la Chine, mais il faut continuer de le faire parce que le paysage économique mondial est en pleine transformation, ce qui a un impact réel sur nos vies.

La semaine dernière, deux entreprises bien implantées en Amérique du Nord ont annoncé une percée importante en Chine: Research in Motion et Chrysler. Dans le premier cas, l’entreprise de Waterloo en Ontario pourra bientôt vendre son petit ordinateur personnel Blackberry aux Chinois dans un marché comptant 500 millions d’utilisateurs de téléphones cellulaires, le marché le plus important du monde.

Dans le deuxième cas, le fabricant américain d’autos, qui est sur le point d’être vendu à un fonds d’investissement de New York, a annoncé qu’il allait fabriquer un modèle de petite voiture en collaboration avec le premier fabricant d’autos en Chine, la société Chery.

La presse torontoise écrivait jeudi dernier que le salaire moyen, incluant tous les bénéfices, d’un employé américain chez Chrysler est de 73 dollars américains l’heure alors que le salaire moyen d’un employé chinois de Chery est de… 83 cents américains.

Pas 83 dollars, 83 cents! Imaginez les dégâts pour les travailleurs de l’automobile en Ontario et aux États-Unis si les constructeurs automobiles nord-américains, qui ne cessent de perdre des parts de marché, décidaient de faire fabriquer une partie de leurs automobiles en Chine!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Même Research in Motion songe à faire fabriquer ses appareils en Chine. Jusqu’à maintenant, les entreprises technologiques se sont toujours montrées hésitantes à s’installer en Chine pour éviter de se faire voler leurs idées et leurs façons de faire. Mais, les temps changent, et un géant comme RIM pourrait bientôt opter pour l’expertise à bas coûts de la Chine pour faire encore plus de profits.

Les actionnaires apprécient ces stratégies, mais les employés ont de quoi s’inquiéter.

Taux de chômage en Ontario

Le taux de chômage a grimpé en Ontario le mois dernier, passant de 6,3% à 6,5%. Il s’est créé 5 700 emplois seulement. L’économie ontarienne est toujours ralentie par les pertes d’emplois dans le secteur manufacturier.

Voici les statistiques sur le chômage pour quelques villes ontariennes avec, entre parenthèses, la donnée du mois précédent:
Toronto: 6,9% (6,9)
Hamilton: 6,1% (6,1)
Kitchener: 5,8% (5,6)
London: 5,9% (5,9)
Oshawa: 6,0% (6,0)
St. Catharines-Niagara: 6,0% (5,7)

Les prix des maisons grimpent

L’essor économique de l’Ouest du Canada va faire grimper le prix des maisons de 9,5% en 2007 selon la firme Royal Lepage. Le prix moyen dépassera à la fin de l’année, pour la première fois, la barre de 300 000$.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le marché dans le centre du pays a trouvé un certain équilibre, mais des hausses de prix sont tout de même à prévoir. À Toronto, Royal Lepage s’attend à une accélération des prix en raison de l’imposition prochaine d’une nouvelle taxe.

Certains acheteurs seraient pressés de se lancer dans le marché pour éviter cette taxe. Le prix d’une maison de plain-pied (rez-de-chaussée) à Toronto a augmenté de 6% au deuxième trimestre 2007 par rapport à la même période en 2007 à 398 647$. Le coût d’un condominium a grimpé de 7,1% à 274 262$.

De moins en moins d’entrées en bourse

De plus en plus de grosses entreprises sont retirées de la bourse canadienne et de moins en moins de sociétés choisissent de faire un premier appel public à l’épargne.

Selon les données de l’institut PriceWaterHouseCoopers, au cours des six premiers mois de l’année, seulement 37 entreprises se sont inscrites en bourse au Canada contre 57 à la même période l’an dernier.

La valeur de ces entrées en bourse est en chute libre: seulement 875 millions de dollars ont été récoltés cette année, un recul de près de 80%. BCE pourrait bientôt quitter la bourse canadienne lorsque la transaction de vente de la société au fonds de retraite Teachers sera conclue.

Gérald Fillion est journaliste spécialisé en économie à Radio-Canada. Consultez son carnet: www.radio-canada.ca/carnet.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur