Une section internationale dès le primaire au Lycée français de Toronto

L'équipe pédagogique du Lycée Français de Toronto: Sylvie Delpech, directrice du primaire (à gauche), Jean-Pierre Faou, proviseur (au centre), et Diane Duhesme, directrice du secondaire (à droite).
Partagez
Tweetez
Envoyez

Une section «internationale» est désormais ouverte dès le CP (primaire) au Lycée français de Toronto, en anglais américain. C’est une première parmi les huit établissements canadiens suivant le curriculum de France.

Le LFT entame cette nouvelle année scolaire avec un peu plus de 520 élèves dans ses locaux, avec une moyenne de 15 à 20 élèves par classe. 128 nouveaux élèves, canadiens ou expatriés, feront également leur rentrée dans l’établissement.

Une 5e classe de maternelle s’est ouverte cette année. De quoi rappeler qu’en maternelle, le Lycée français mobilise deux assistantes maternelles pour les classes de petite et de moyenne section. De quoi ravire les parents et chouchouter les élèves.

Une nouveauté en section internationale

Désormais ouverte dès le CP, à l’âge de 7 ans, cette section internationale consiste en des enseignements spécifiques : une heure d’anglais par jour au primaire, ainsi que des enseignements de sport et de musique en anglais. Pendant le secondaire, ce sont des cours d’histoire-géographie qui dispensés en anglais américain, en plus des cours d’anglais et de ceux du cursus scolaire classique en français.

Pour le proviseur Jean-Pierre Faou, ce parcours linguistique est  «un moyen de faire reconnaître la langue par la pratique d’autres matières».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Excellents résultats

Avec 100% de réussite au Bac (la fin du secondaire), dont 91% de «mentions» (notes de 12 sur 20 et plus) et 38% de «mentions très bien» (16 sur 20 et plus), le Lycée français de Toronto peut se vanter de sa réussite.

Pour le brevet (la fin du «collège», la 9e année ontarienne), c’est 100% de réussite et de mentions que le Lycée affiche à son compteur.

Le proviseur se dit «très content et confiant pour la suite, tout en tenant compte de la réforme du baccalauréat en France pour cette nouvelle année».

Le Lycée français de Toronto, au 2327 rue Dufferin, au sud d’Eglinton.

Riche parcours linguistique

L’équipe pédagogique est fière de rappeler qu’une de leurs élèves a été primée au concours général des lycées francophones… en chinois!

La directrice du primaire, Sylvie Delpech, insiste ainsi sur le fait qu’ici, c’est «un parcours linguistique riche dès l’enfance qui est offert aux élèves».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le parcours linguistico-culturel proposé par l’établissement consiste en la possibilité de découvrir en CM1 l’italien et l’allemand, puis en CM2 l’espagnol et le mandarin. De quoi laisser le choix aux élèves de l’apprentissage dans les années qui suivent d’une langue qu’ils ont déjà entendue.

Une équipe renforcée pour la rentrée

«Nous abordons la rentrée confiant et fort de nous même», fait savoir le proviseur à L’Express. Le Lycée français vise l’excellence pédagogique et cela, notamment grâce à un «fort programme linguistique», rappelle Sylvie Delpech.

L’équipe de direction de l’établissement est également renforcée avec l’arrivée d’une nouvelle directrice du secondaire, Diane Duhesme. «Viser l’excellence académique est fondamental», selon elle.

La réforme du baccalauréat

La réforme du baccalauréat, initiée par le gouvernement français actuel, est perçue d’un bon oeil par la direction de l’établissement torontois. «Nous avons réussi à proposer une offre large en termes d’enseignement des spécialités à nos élèves.»

Pour le proviseur, «l’important était de s’adapter aux souhaits de nos élèves. Nous avons donc entamé une politique de la demande en termes de spécialités.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Avec six enseignements de spécialités, «nous pensons réussir à expliquer la réforme du baccalauréat aux universités canadiennes et étasuniennes» vers lesquelles se dirigent les bacheliers. Tout l’enjeu est là pour le proviseur, qui se dit optimiste face à cette spécialisation plus marquée des élèves.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur