Une exposition de 18 crimes

Sous la direction de Richard Migneault, Crimes au musée, nouvelles, Montréal, Éditions Druide, coll. Reliefs, 2017, 352 pages, 24,95 $.

Sous la direction de Richard Migneault, Crimes au musée, nouvelles, Montréal, Éditions Druide, coll. Reliefs, 2017, 352 pages, 24,95 $.


8 octobre 2017 à 8h05

Directeur d’école à la retraite, fou de lecture depuis toujours, Richard Migneault s’est recyclé en amant du polar. Après Crimes à la librairie et Crimes à la bibliothèque, il dirige un troisième recueil de nouvelles intitulé Crimes au musée. Dix-huit textes, tous écrits par des femmes de talent de part et d’autre de l’Atlantique.

Les crimes ont lieu dans dix-huit lieux aussi variés que le Musée de la Police parisienne, le Musée d’art contemporain canadien à Toronto, le Musée à ciel ouvert en Turquie, le Musée Grévin, le Musée des beaux-arts de Montréal, le Palais des Doges à Venise, le Kigali Genocide Memorial ou le Musée de l’estampe «dans un tout petit et insignifiant bourg de province».

Impossible de parler de chaque nouvelle, mais sachez qu’elles sont toutes finement ciselées. Je vous en signale quelques-unes, en commençant par L’intérieur de Karine Giebel, où l’auteure s’inspire d’un tableau d’Edgar Degas qui s’intitule justement L’intérieur (1868-1869); il est communément appelé Le Viol, mais Degas n’a jamais accepté ce titre. Comme dans les nouvelles traditionnelles, le punch final est inattendu et fort bien réussi.

Claudia Larochelle situe son intrigue au Musée d’art contemporain canadien, à Toronto, bien que le lieu ait peu d’importance. Sa nouvelle Il faut savoir se salir les mains nous montre comment le crime peut se découvrir dans l’œuvre d’art elle-même, à l’insu des milliers de visiteurs au musée.

Avec Homme à la machette, Geneviève Lefebvre nous plonge dans le génocide au Rwanda. Elle invente un personnage qui a écrit un roman, nous renvoyant presque immanquablement à Un dimanche à la piscine à Kigali, de Gil Courtemanche.

Catherine Lafrance
Catherine Lafrance

L’ancienne chef d’antenne du Téléjournal Ontario, Catherine Lafrance, signe une nouvelle intitulée Le Christ couronné d’épines et campe son intrigue au Musée des beaux-arts de Montréal. Tout ressemble à un crime antisémite, mais Lafrance nous réserve une enquête digne d’un Armand Gamache…

Andrée A. Michaud situe son action au National Museum américain où on honore la mémoire des mafiosi. Le personnage de Mobsters’ Memories se trouve ni plus ni moins dans un roman à la Raymond Chandler, comme le détective Philip Marlowe. L’auteure tisse allègrement ironie, critique sociale et étude psychologique.

Stéphanie de Mecquenem, elle, fait un clin d’œil au célèbre commissaire Brunetti, dans les romans de Dona Leon, en donnant à son inspecteur le nom de Bruschetti dans la nouvelle intitulée La mystérieuse affaire du codex maya.

C’est peut-être Elena Piacentini qui résume le mieux tous ces crimes au musée. Dans Dentelles et dragons, elle écrit que «le passé est un chiendent que le passage du temps est impuissant à sarcler».

Karine Giebel ajoute, pour sa part, que si certains travaillent pour gagner leur vie, il arrive parfois qu’on doive «travailler pour gagner sa mort».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur