Une compagnie torontoise qui fleurit malgré tout

Les propriétaires de Phyl’home, Emmanuelle Pez (à gauche) et Salima Arnold, effectuant une livraison. Photos: courtoisie
Partagez
Tweetez
Envoyez

En cette période sombre, les propriétaires de l’entreprise Phyl’home répandent du bonheur dans la ville de Toronto avec leurs bouquets de fleurs, livrés directement à la porte de maisons torontoises par les fondatrices elles-mêmes.

À ce jour, Emmanuelle Pez et Salima Arnold ont distribué plus de 80 bouquets «spéciaux CoViD-19» à travers les rues de la métropole.

Depuis son ouverture en 2017, Phyl’home est axée sur l’art de vivre et offre une conception personnalisée de bouquets de fleurs pour des événements et des habitations.

La boutique étant exclusivement en ligne depuis sa création, la copropriétaire Salima Arnold mentionne que «remettre en place notre boutique [pendant la CoViD-19] a été très rapide».

Un appel téléphonique

Lorsque les mesures de confinement ont été instaurées par les gouvernements fédéral et provincial, Emmanuelle Pez et Salima Arnold ont décidé, comme plusieurs, de mettre leur entreprise sur pause.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Quelques semaines avant la Fête des Mères, elles l’ont finalement relancée grâce à un appel téléphonique d’une amie commune habitant à Montréal. «Elle nous a demandé d’apporter un peu de bonheur en distribuant des bouquets de fleurs à ses amies résidant à Toronto», relate Emmanuelle Pez.

Les amies et copropriétaires au Toronto Bastille Day en 2018.

Dès les premières livraisons, les deux femmes ont pris l’habitude de sonner aux portes d’entrée, de se reculer de deux mètres et d’attendre que la porte s’ouvre afin d’être témoin de la réaction des personnes lorsqu’elles reçoivent les fleurs. «Leur sourire est incroyable lorsqu’elles les voient! Elles sont heureuses», raconte Emmanuelle Pez.

Les deux partenaires d’affaires ont été ébahies de voir à quel point quelques fleurs pouvaient illuminer de bonheur le cœur et le visage des gens. Emmanuelle Pez indique que leur sourire et leur expression faciale les rendaient heureuses en retour.

Pour chacune de leur livraison, les copropriétaires de Phyl’home prennent le temps de converser avec les gens. «Les gens ne nous connaissent pas, mais apprécient le fait de discuter avec nous», souligne Salima Arnold.

Des fleurs locales

Depuis le début de la pandémie, les fournisseurs de fleurs se font plutôt rares à Toronto, ce qui rend la tâche compliquée aux entrepreneures. Elles ont néanmoins trouvé un fournisseur qui leur permet de s’approvisionner en fleurs locales de saison, comme les tulipes, les roses et les pivoines.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous avons simplifié nos offres en offrant deux types de bouquets colorés. Un gros et un petit avec quelques variantes», explique Emmanuelle Pez.

Les deux seules employées de Phyl’home sont les propriétaires elles-mêmes, ce qui permet à Emmanuelle Pez et Salima Arnold de vendre les bouquets à des prix intéressants.

Le bouquet de fleurs qu’elles ont conçu spécialement pour la Fête des Mères.

Complicité entrepreneuriale

Leur passion commune leur permet de se concentrer totalement sur les fleurs en ne comptant pas leurs heures. «Dans nos bouquets, c’est la fleur qui compte, pas le reste», précise Emmanuelle Pez.

Elle-même et Salima Arnold ont basé leur entreprise sur leur amitié. Phyl’home est le résultat de la rencontre qui a lié leurs parcours. Les deux femmes partagent notamment l’envie de voyager et celle de faire plaisir aux autres.

Leur atelier se trouve dans le sous-sol de la maison de Salima. Les deux complices affirment que même si elles travaillent dans le même environnement, elles respectent les mesures de distanciation physique, que le lavage de mains est fréquent et qu’elles portent des masques et des gants lors de la réalisation des bouquets de fleurs.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur