Une boutique qui vaut le détour

S Sense in Design


19 juin 2012 à 10h10

Quand on fouille un peu du côté de Danforth Mosaic (un coin de la ville qui commence à faire parler de lui entre Jones et Westlake Avenue), on trouve Laura Walters, une décoratrice intérieure qui a pignon sur rue dans sa boutique-galerie S Sense in Design depuis un an.

Laura Walters est une jolie femme au maquillage soigné et à l’élégance naturelle, et sa boutique lui ressemble, simple et de bon goût. Dans son petit espace, il y a plus à découvrir qu’il n’y parait au premier coup d’oeil, pour qui prend le temps de regarder.

Laura est arrivée à la décoration intérieure par un grand détour.

Durant ses dix ans de carrière dans une compagnie d’assurance, elle s’est plongée avec plaisir dans l’analyse des dossiers de milliers de résidences et de leur contenu (d’une valeur allant de 500 000 $ à 13 millions $) pour en évaluer la valeur assurable. Chemin faisant, elle apprenait à lire les plans d’architecte et à estimer les coûts.

Une révélation

De par son amour des tissus et son plaisir pragmatique pour l’agencement du vieux avec le neuf, le rôle de décoratrice lui revenait de droit dans son cercle intime. Mais en tant qu’Européenne (née en Belgique d’un père canadien et d’une mère hollandaise), elle n’avait pas réalisé que ce qui lui venait naturellement était un vrai métier.

C’est en lisant un numéro de House & Home qu’elle a noté le nom des décorateurs sous les photos qui l’attiraient. Révélation!

«En Europe, tu vois rarement des maisons décorées tout à neuf. On hérite des vieux meubles de famille et les intègre avec ce qu’on a. On fait ça sans aide.»

Du coup, inscription au programme de décoration intérieure de George Brown et, trois ans et demi plus tard, graduation en même temps qu’elle signait le bail pour sa boutique sur la rue Coxwell.

Le concept de boutique-galerie-bureau lui est venu tout en vrac. Le budget qu’elle aurait normalement alloué à de la publicité, elle préférait l’investir dans une boutique qui assurerait sa visibilité dans la communauté.

Lien avec les artisans

Elle savait également qu’elle voulait capitaliser sur le temps qu’elle consacrait à trouver des objets de décoration uniques pour ses clients. Ces recherches l’ont amenée à établir des liens privilégiés avec une foule éclectique d’artisans qu’elle chouchoute.

Laura Walters a du flair. Depuis qu’elle a ouvert sa boutique, deux de ces artisans qu’elle représente ont été remarqués, primés et photographiés dans les magazines de décoration. En allant sur son site web http://www.ssenseindesign.ca, on peut voir le travail de quelques-uns de ces artistes montants.

Dans sa boutique, lampes uniques à 250$ côtoient d’odorants sels de bain de 14$. On trouve de jolies oeuvres murales de photos brodées pour 200$ mais aussi de beaux sacs en paille de Madagascar vendus à 38$. Il y a de coquins petits hiboux de laine recyclée, des serviettes de tables de coton organique aux joyeux coloris, des coussins sérigraphiés et des paniers de tissus. Bref, une bonne sélection pour les cadeaux des occasions spéciales.

Pour le moment, le temps d’établir sa crédibilité en tant que décoratrice, Laura Walters offre ses services de consultante en décoration au tarif de 60$ l’heure.

Deux bonnes occasions de visiter la boutique S Sence in Design seront le dimanche 24 juin, de midi à 16h lors de son événement Magical Tea Party, où elle nous convie à prendre scone et thé (servi dans des tasses vintage) et le jeudi 28 juin, de 18h à 21h, pour le lancement des oeuvres d’Amandine in the Garden.

Pendant que vous y êtes!

Profitez d’une visite à cette boutique pour découvrir le quartier.
La semaine dernière, un artiste a pris l’initiative de dessiner l’alphabet au complet du côté nord de la rue Danforth. J’ai trouvé la lettre «A» devant Magic Oven (798 Danforth) et marché jusqu’à la lettre «X» près de Wheels & Wings Hobbies (1880 Danforth). Je n’ai pas trouvé les lettres «Y» et «Z», mais au coin des rues Coxwell et Danforth (d’où on voit la boutique de Laura), vous remarquerez la lettre «U».

Allez voir du côté de la lettre «R», devant le nouveau café Red Rocket, excellent café à 5 minutes de marche à l’ouest de Coxwell (1364 Danforth), il est ouvert de 8h à 18h. Il est situé à côté d’un restaurant prisé par la communauté éthiopienne, servant les typiques crêpes géantes.

Non loin de là, il y a la Pâtisserie La Cigogne (1419 Danforth) faisant face au charmant restaurant de quartier Sarah’s Café & Bar (1426 Danforth). Vous cherchez plus exotique? Il y a El Sol, un restaurant-boutique mexicain des plus kitsch (dans le bon sens) au 1448 Danforth, ou encore le coloré The Only Café (972 Danforth), à 15 minutes de marche de la boutique de Laura, en allant vers l’ouest, devant la lettre «O» évidemment.

S Sense in Design
www.ssenseindesign.ca
698 av. Coxwell (nord de Danforth)
647-519-7743
Horaire d’été:
Mercredi 11h à 17h
Jeudi/Vendredi 11h à 18h
Samedi 11h à 17h
Dimanche 11h à 15h

Nathalie Prézeau, auteure de la chronique «Profession: Parents» durant plusieurs années dans L’Express, nous revient avec une nouvelle chronique couvrant un sujet plus large. «Passion: 100 façons» se propose d’explorer les multiples façons de se connecter avec ce qui nous fait vibrer, histoire de recharger nos batteries au quotidien. Dans cette chronique, vous trouverez entre autres une série de portraits (dont voici le premier exemple) racontant le cheminement de gens allumés qui ont su répondre à la simple mais si difficile question: «Qu’est-ce que j’aime?» On trouvera cette chroniques et d’autres contributions plus frivoles sur le blogue passions100facons.blogspot.ca

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur