Une autre Terre

Partagez
Tweetez
Envoyez

La NASA affirme avoir découvert une nouvelle planète «habitable». Dotée d’une période de révolution de 290 jours – proche de la nôtre — Kepler-22b orbiterait à plus de 600 années-lumière de la Terre. Elle est la troisième planète potentiellement «habitable» — avec Gliese 581c (à 20 années-lumière) et HD 85512 b (à 36 années-lumière).

Une nouvelle qui fascine l’astrophysicien Anthony Moffat de l’Université de Montréal, mais qui ne le surprend pas: «Il y a très peu de planètes comme ça, surtout que Kepler-22b paraît difficile à détecter. Mais il n’y a pas de raison qu’il n’y en ait pas.»

Le chercheur appartient à l’équipe canado-américaine qui a suivi l’éclipse de l’étoile 55 Cancri révélant une super terre, beaucoup plus massive, qui orbite aussi autour de cette étoile. Deux fois plus grande que la Terre, cette «super planète», appelée 55 Cancri e, est la toute première à se laisser voir en lumière visible à l’aide du microsatellite canadien MOST.

«L’étoile 55 Cancri s’avère très brillante, ce qui aide à lancer un programme de détection plus intéressant même si c’est moins spectaculaire que la récente nouvelle», affirme le chercheur.

L’enregistrement de 18 transits – ou passages devant son étoile mère – a permis aux astronomes de recueillir de précieux renseignements. Située dans la Constellation du Cancer, à 41 années-lumière de nous, elle possède un cœur ferrique et sa gravité serait trois fois plus importante que celle de la Terre.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sa masse est 8,3 fois celle de la Terre. Mais elle serait difficilement habitable, en l’absence d’atmosphère et en raison de sa température très élevée. «Sa distance à l’étoile s’avère si proche que l’on estime sa température à 2800 degrés K. Cela la rend non habitable et l’on ne pense pas y trouver de la vie un jour.»

La zone habitable (HZ) constitue une ceinture à proximité à l’étoile qui maintiendrait une température stable – où l’eau serait liquide – ni trop chaude, ni trop froide. La nôtre se situe entre Vénus et Mars.

Des exoplanètes comme s’il en pleuvait

Les exoplanètes font rêver des millions d’entre nous. Elles gagnent en popularité dans la littérature – et pas seulement dans les romans de science-fiction – et au cinéma, comme dans le récent film Another Earth.

Il faut avouer que grâce au télescope spatial Kepler, lancé en 2009, il y a aujourd’hui une pléthore de candidates possibles. Dévoué à la recherche d’exoplanètes, il a déjà recensé plus de 1235 exoplanètes et 170 systèmes extrasolaires.

Ces étoiles, auprès desquelles tournoient des planètes, sont autant de promesses célestes pour ceux qui espèrent y découvrir un jour une vie extraterrestre.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur