Un outil pour dépister les retards de langage

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les enfants de 2 ans et demi maîtrisent généralement de 75 à 225 mots. S’ils en utilisent moins de 50, c’est qu’ils éprouveraient un retard de développement, avance une chercheuse américaine.

Ce décalage résulterait, pour un enfant sur quatre, d’un trouble pouvant aller d’un problème bénin d’audition jusqu’à un diagnostic d’autisme.

«Plus tôt le problème est détecté, plus tôt on peut intervenir», mettait en garde Leslie Rescorla, directrice du Child Study Institute du Bryn Mawr College lors du récent congrès de l’American Association for the Advancement of Science à Vancouver.

310 mots

C’est à partir d’un outil de dépistage élaboré par la chercheuse que les spécialistes arrivent maintenant à repérer les enfants tardant à s’exprimer. Le Language Development Survey rassemble 310 mots que les parents peuvent aisément identifier dans le vocabulaire de leurs enfants âgés de 24 à 30 mois.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À cet âge, les enfants utiliseraient en moyenne 150 mots. De 10 à 20 % accuseraient toutefois un retard qui serait comblé pour les trois quarts d’entre eux dans un délai de 5 ans. Un suivi longitudinal des enfants démontre cependant que les enfants conservent une expression plus pauvre à l’âge de 17 ans.

Peu importe la langue

Cet outil serait aussi valide et fiable pour détecter les petits retardataires quelque soit leur langue maternelle. L’équipe de recherche l’a en effet traduit pour évaluer la maîtrise du langage de jeunes enfants grecs et coréens. Leurs résultats démontrent que le pourcentage de parleurs tardifs voisine la moyenne américaine.

Les parents d’enfants n’utilisant pas 25 mots à l’âge de 2 ans et demi devraient consulter leur médecin de famille, selon la chercheuse. Et contrairement à ce que l’on pourrait parfois penser, le petit écran n’apprend pas à l’enfant à enrichir son vocabulaire. Sa seconde recommandation: éteindre la télévision.

www.sciencepresse.qc.ca

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur