Un nouveau directeur à la Toronto French School: «Ma participation va être active»

Partagez
Tweetez
Envoyez

Nouvelle année, nouveau directeur. Arrivé d’Espagne il y a deux mois, Josep Gonzàles prend les rênes de la Toronto French School, une école bilingue, située avenue Lawrence, réputée pour son excellence académique. L’Express l’a rencontré la semaine dernière.

Comment s’est passée la rentrée scolaire?

Très bien. Nous avons commencé avec beaucoup d’énergie et avons travaillé avec ardeur pour que l’année soit fructueuse.

Que retenez-vous de votre arrivée au Canada?

Les Canadiens sont très polis et accueillants. Toronto est une belle ville. J’ai surtout découvert la culture franco-ontarienne: j’écoute Radio-Canada et j’ai appris qu’il existe un drapeau franco-ontarien. C’est une découverte!

Quel est votre parcours?

Je suis né en Catalogne en 1965. J’y ai passé la première partie de ma vie, jusqu’à mes 23-24 ans.

J’ai étudié la langue et la littérature anglaises et aussi passé quelque temps à l’université de la Sorbonne (Paris, France). Puis, j’ai fait un doctorat à l’université d’Oxford (Angleterre).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

J’ai commencé à travailler dans les écoles d’Angleterre jusqu’à me rendre compte que je voulais en diriger une. J’ai alors été proviseur de l’école britannique de Barcelone.

Quels sont vos objectifs pour l’année?

Écouter et apprendre. Quand un chef d’établissement arrive, il n’est pas question de changer les choses. Il faut d’abord comprendre quel est l’esprit, l’âme de l’école. Ma participation va être active. Je ne veux pas être une figure de prestige qui regarde l’école de sa tour d’ivoire. Je veux m’impliquer et m’engager.

Aucun changement donc?

Pas cette année, mais nous commençons à discuter de changements pour la rentrée prochaine. Nous avons trois priorités: l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage, l’amélioration des programmes de formation pour la vie et le développement constant d’un esprit international.

Pouvez-vous en dire plus sur cette formation pour la vie?

Dans les écoles, nous sommes là pour aider les élèves à apprendre des choses importantes. Mais nous devons aussi leur donner des outils qui puissent leur être utiles dans la vie : apprendre a se débrouiller et parler en public, par exemple.

Concrètement, quelles activités sont proposées aux élèves?

Ils ont beaucoup d’opportunités : sport, théâtre, musique, clubs scolaires, assemblées… Et j’en suis très fier!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Qu’est-ce qui motive les parents à inscrire leur(s) enfant(s) dans cette école?

La réalité d’une école bilingue. Dans un monde globalisé, pouvoir parler deux langues est très intéressant. Nous combinons la rigueur académique et la formation pour la vie, mais aussi la tradition française, le programme de l’Ontario et le programme du baccalauréat international.

Nos élèves vont ensuite dans les meilleures universités, en Amérique, mais aussi en Europe. Ils sont vraiment des citoyens du monde.

* * *

Initiation à la démocratie

Les élèves de l’école secondaire Toronto French School (TFS) ont simulé, jeudi dernier, des élections fédérales, en présence du libéral Rob Oliphant, unique candidat de la circonscription de Don Valley West, parmi ceux qui avaient été invités, à s’être déplacé pour l’occasion.

Les idées politiques de ces adolescents, pour la plupart âgés de 14 ans, sont déjà bien définies. Et parfois à contre-courant de celles de leur famille. «Je vote pour le Parti vert et mes parents pour les Conservateurs», glisse avec assurance Julia.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le candidat libéral a répondu, tantôt en français, tantôt en anglais, aux questions des élèves avant que ceux-ci aillent voter. «C’est une petite friandise d’être ici», a confié Rob Oliphant à L’Express. «Après onze semaines de campagne, c’est l’opportunité de faire une pause, mais aussi de prendre le temps de discuter avec de futurs votants», ajoute t-il.

S’ils n’ont pas encore le droit de vote, les jeunes élèves de la Toronto French School ne manquent néanmoins pas de maturité. «À cet âge, nous en savons assez pour comprendre les principaux enjeux politiques», explique Audrey. «Nous avons fait des recherche pour découvrir quel candidat nous correspond le plus», ajoute Sepideh. Et à Julia de conclure : «J’ai fait un discours sur l’importance du vote et de la démocratie, alors j’espère que tous les élèves ont voté. C’est leur devoir.»

Voici les résultats des élections fédérales à la TFS:
Libéral 95 votes
Conservateur 93
Vert 17
Communiste 14
NDP 7
Libertarien 3
Indépendant 1
Nuls 7

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur