Un jeune en «exil» à Ottawa

Témoignage


10 décembre 2013 à 9h46

Ce qui suit est l’intervention de Lucas Egan, étudiant en première année à l’Université d’Ottawa, lors de la session à Ottawa des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français le 30 novembre.

Le Rassemblement étudiant franco-ontarien (RÉFO) a organisé cet automne six consultations régionales, qui ont fait l’objet de vidéoblogues sur le site http://etatsgeneraux.ca

Un sommet est prévu au printemps prochain, devant permettre de développer un plan d’action pour améliorer l’offre de programmes postsecondaires en français en Ontario.

Déjà, cependant, les vidéoblogues permettent de dégager quelques tendances: on veut des institutions collégiales et universitaires gérées par et pour les Franco-Ontariens; on n’aime pas les cours par vidéoconférences, on préfère les vrais campus offrant un environnement francophone; le modèle de l’Université du Québec, avec ses campus régionaux, est évoqué.

Le témoignage de Lucas Egan:

Depuis trois mois, je vis hors ma région natale de cette province, car je ne peux y étudier dans la langue de mon choix.

Si vous ne l’avez pas constaté par mon accent ou mon manque d’habitude quant à toute cette neige, oui, viens du sud de l’Ontario. Mon parcours dans le système éducationnel francophone s’est malheureusement conclu le 28 juin 2013.

J’ai du faire un choix: l’exil ou l’assimilation.

Évidemment, si je suis ici, c’est que j’ai choisi de conserver ma culture, ma langue, et mon identité. Malheureusement, ce choix est coûteux, et je dépenserai plus de 5000$ cette année afin de garder mon appartenance à ma communauté.

Si ce n’était pas évident, je suis dans la minorité. La grande majorité de ma classe graduante ont choisi une de deux institutions à proximité – n’offrant ni un ni l’autre des programmes en français.

Si je suis ici, c’est que j’ai besoin de vous. J’ai besoin de vous non pas pour mon avenir, mais pour celui de ma petite sœur, celui de mes futurs enfants, un avenir dans lequel l’entièreté de leur éducation pourra se faire en français.

J’ai besoin de vous puisque, contrairement à ce qu’on vous dirait, nos campus universitaires ne sont pas équitablement bilingues. J’ai besoin de vous pour démontrer que l’Ontario français est bel et bien vivant et audacieux.

J’ai besoin de vous, tout simplement, parce que ce combat n’est pas le mien. Ce n’est pas celui du RÉFO, pas celui de la FESFO, ni de l’AFO. Ce combat est celui du peuple franco-ontarien dans son entièreté.

À maintes reprises dans son histoire, le peuple franco-ontarien s’est uni sous la banderole de l’éducation – la résistance au règlement 17, le combat pour les écoles secondaires, les manifestations pour les conseils scolaires, la lutte pour les collèges.

Cette revendication-ci est la conclusion d’un historique de combat – c’est un passage de notre histoire qui sera enseigné le 30 novembre 2030 dans un cours d’histoire canadienne dans l’université franco-ontarienne, une université nécessaire pour le peuple franco-ontarien, nécessaire pour le notre province, nécessaire pour nous tous.

Nous ne sommes pas des citoyens de deuxième classe. Nous ne sommes pas un peuple non-éduqué, nous ne sommes pas un peuple exilé, nous ne sommes pas un peuple perdu. Nous sommes un peuple de combat, un peuplé ancré dans l’histoire de cette province et de ce pays.

Je conclus avec une citation du député provincial Napoléon Champagne, le jour de la défaite du règlement 17, en 1927: «Ceci est notre pays; le français notre langue; nous allons y rester et aucun tyran ne pourra nous voler nos droits.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Abel Maxwell veut inspirer les jeunes

Abel Maxwell sera omniprésent à la célébration du Mois de l'Histoire des Noirs organisée par le Centre Francophone de Toronto le samedi 23 février....
En lire plus...

15 février 2019 à 11h00

Deux photographes, deux univers

Expo alliance française
Geneviève Thauvette et Kathleen Hearn, deux artistes torontoises, exposent leurs photographies à l’Alliance française de Toronto jusqu'au 28 mars.
En lire plus...

15 février 2019 à 9h00

Netflix, nouvelle plateforme des bizarreries de Gwyneth Paltrow

pseudoscience
Netflix ne se fera pas de nouveaux amis parmi les amateurs de vulgarisation scientifique et d’information véridiques: l’actrice Gwyneth Paltrow vient d’y obtenir une...
En lire plus...

15 février 2019 à 7h00

Réforme du système de santé: n’oubliez pas les services en français

santé
La décision attendue du gouvernement de l’Ontario de procéder à une réforme structurelle du système de santé serait «une opportunité d’améliorer l’accès aux services...
En lire plus...

14 février 2019 à 16h16

Cybersécurité: quelques clés pour protéger votre vie privée

vie privée
La radio communautaire franco-torontoise CHOQ-FM lance une nouvelle série de capsules vidéos pour sensibiliser les utilisateurs d’internet aux dangers qu’il peut représenter pour leur...
En lire plus...

14 février 2019 à 15h00

Les langues officielles enfin inscrites dans la Loi sur le divorce

La nouvelle Loi canadienne sur le divorce, dont l'ébauche a été adoptée en troisième lecture par la Chambre des communes le 6 février, confirme...
En lire plus...

14 février 2019 à 13h00

Au terminus McCowan, l’un des plus grands centres commerciaux au pays

Nous poursuivons notre tour d'horizon des extrémités du métro torontois à la station McCowan. Cette semaine, Visite Express à l'extrême-Est de la ville pour...
En lire plus...

14 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur