Un flamenco qui n’a rien d’un blabla

Partagez
Tweetez
Envoyez

La compagnie québécoise La Otra Orilla, pose ses valises au Enwave Theatre pour un spectacle de flamenco moderne, au drôle de nom: HomoBLABLAtus.

Le titre de la représentation vient d’un terme inventé par les créateurs du spectacle, Myriam Allard, danseuse et chorégraphe, et Hedi Graja, metteur en scène.

Il désigne un nouveau développement de l’espèce humaine qui évolue dans une société composée majoritairement de «blabla».

Les deux artistes qui ont créé ensemble la compagnie La Otra Orilla à Montréal, sont spécialisés dans le flamenco du XXe siècle.

Ces créateurs se sont inspirés de la société qui nous entoure, et la façon dont on a de remplir le moindre vide. Neuf tableaux composent le spectacle. Ils suivent la thématique principale, mais sans pour autant s’enchaîner de façon logique. Myriam Allard qualifie d’ailleurs cette ossature de «loufoque».

Le thème du «Blabla» pour ce spectacle est arrivé un peu par hasard, «Ce n’est pas du tout un spectacle réactionnaire. Cela part en fait d’une constatation, on est constamment sollicité sur internet, on est dans un trop-plein de sons, d’images, on ne sait plus ce que ça veut dire» se justifie la Myriam Allard.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En adéquation au thème, le spectacle présente justement une impression de trop-plein sur scène. Un effet recherché par les artistes. Il y aura donc deux danseuses, un percussionniste et un chanteur, tous très mobiles.

«Ce mouvement constant permet un parallèle intéressant», explique la danseuse.

Pour ajouter encore plus d’éléments, Hedi Graja, passionné de cinéma, a voulu mêler danse et vidéo. Véritablement intégré à la mise en scène, le film d’un danseur sera projeté sur Myriam Allard, elle-même en pleine chorégraphie.

À Toronto pour deux représentations, le spectacle promet d’être autre chose que du «blabla».

Information: 15 et 16 février, 20h au Harbourfront Centre Enwave Theatre.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur