Un espace jeunesse qui n’inclut pas tous les ados

Partagez
Tweetez
Envoyez

À la fin novembre 2012, le Centre francophone de Toronto et Hinks-Delcrest Centre ont annoncé la création du programme Espace jeunesse, un service francophone de santé mentale pour les ados du Grand Toronto.

Cette heureuse initiative faisait suite à plusieurs années de démarches de la part de divers intervenants de la communauté franco-ontarienne. Initiative heureuse… mais aussi boiteuse.

Cet Espace Jeunesse n’est pas clairement ouvert aux ados lesbiennes, gais, bisexuels ou transgenres (LGBT). Quand il est question de santé mentale, il me semble que le service offert ne peut en aucune manière faire preuve d’exclusion. Hétéros ou homos, tout le monde doit être inclus.

Je sais bien qu’Espace jeunesse n’en est qu’à ses débuts. Mais pourquoi ne pas partir du bon pied et éviter de passer sous silence le vécu difficile de plusieurs jeunes, soit la question de l’orientation sexuelle et de l’homophobie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

On sait à quel point l’intimidation dans nos écoles secondaires touche souvent les jeunes LGBT. Ces derniers sont parfois tellement mal dans leur peau, dans leur santé mentale, qu’ils vont jusqu’à poser un geste extrême, pour ne pas dire irréparable.

Je sais bien qu’Espace jeunesse travaille en collaboration avec des conseils scolaires catholiques peu ouverts aux préoccupations des jeunes LGBT. Mais la religion ne doit pas servir à élever une barrière lorsqu’il est question de santé mentale.

Le souci premier, ici, est d’adopter une approche à la fois respectueuse et inclusive de la diversité sexuelle au sein de la jeunesse franco-ontarienne.

J’espère me tromper et apprendre, la semaine prochaine, que l’orientation sexuelle et l’identité de genre figurent bel et bien dans les priorités d’Espace Jeunesse.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur