Un effort communautaire pour des cours d’eau propres

Les courts d'eau seront mieux protégé de la pollution provenant de l'élevage.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Un groupe communautaire de la péninsule de Bruce sait pertinemment que les déjections animales ne s’écoulent pas seulement vers les cours d’eau, mais aussi vers l’aval. Voilà ce qui a amené des agriculteurs locaux à collaborer avec la Bruce Peninsula Biosphere Association (BPBA) en vue d’installer de nouveaux systèmes d’abreuvement pour bovins en pâturage et d’empêcher ainsi les animaux de s’abreuver et de piétiner dans les cours d’eau.

Dans le but d’améliorer la qualité de l’eau des agriculteurs et de leurs voisins situés en aval, le projet Six Streams Initiative de la BPBA se concentre sur trois sources de pollution de l’eau dans la région: l’abreuvement des bovins dans les cours d’eau, l’érosion des sols et l’inefficacité des fosses septiques.

« Notre collaboration avec les agriculteurs locaux sur ce projet a été extrêmement fructueuse, mais les bovins ne sont pas notre seule préoccupation. Par conséquent, nous mesurons régulièrement la qualité de l’eau pour vérifier s’il y a des améliorations », souligne Elizabeth Thorn, présidente de la BPBA.

Le projet s’est matérialisé à la suite d’une visite de Ted Briggs (ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique) et de Greg Mayne (Environnement Canada). Ces représentants cherchaient un groupe local intéressé à améliorer la qualité de l’eau du lac Huron dans le cadre du Lake Huron Georgian Bay Framework for Community Action.

De là est né le projet Six Streams Initiative lancé en 2012. Financé conjointement par les gouvernements fédéral et provincial, il vise à améliorer la qualité de l’eau des cours d’eau douce de la péninsule Bruce qui se jettent dans la baie Georgienne et le lac Huron.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Eau propre

Située entre la baie Georgienne et le lac Huron, la péninsule Bruce se trouve à la limite nord de la réserve de la biosphère de l’escarpement du Niagara, une région géographique unique composée de terres humides, de fronts de falaise, de collines et d’écosystèmes aquatiques.

Fondée en 2000, la BPBA est devenue le premier groupe communautaire de la réserve de la biosphère de l’escarpement du Niagara ayant pour objectif précis de mettre en œuvre les concepts du Réseau mondial des réserves de biosphère de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Depuis 2013, la BPBA collabore avec des agriculteurs locaux dans le cadre du projet Six Streams Initiative pour installer 47 systèmes d’abreuvement de remplacement pour bovins, dresser des clôtures sur 7,4 km le long des cours d’eau et empêcher 3 340 bovins de s’abreuver dans les cours d’eau.

Mme Thorn souligne que les concentrations annuelles totales de phosphore ont déjà diminué de trois quarts de tonne, selon une formule mise au point par Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Elle explique que l’excès de phosphore dans les lacs et les cours d’eau entraîne une croissance vigoureuse d’algues, ce qui nuit aux habitats aquatiques. En outre, le phosphore qui se trouve souvent dans le sol s’écoule dans les cours d’eau par l’érosion du sol des terres agricoles et du sol perturbé par les bovins le long des cours d’eau.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’excès de sédiments dans les cours d’eau provoque aussi la turbidité de l’eau et nuit à la vie aquatique, recouvrant les frayères et provoquant un brouillard qui bloque la lumière du soleil. Et les nitrates provenant des sols, des engrais et du fumier peuvent contaminer l’eau souterraine, ce qui présente un risque potentiel pour la santé.

Selon John Rodgers, directeur de la BPBA et agriculteur local, veiller à la propreté des cours d’eau profite à tous, y compris aux bovins.

«Les agriculteurs qui ont isolé leurs troupeaux des cours d’eau et qui utilisent les systèmes d’abreuvement de remplacement signalent maintenant une amélioration de la santé de leurs animaux», indique M. Rodgers, qui attribue la santé animale à l’eau propre dont s’abreuvent les bovins grâce aux nouveaux systèmes.

M. Rodgers collabore étroitement avec Neils Munk, gestionnaire du projet novateur Six Streams Initiative, qui a joué un rôle déterminant dans la mise au point des nouveaux systèmes d’abreuvement solaires approvisionnant les bovins en eau propre et fraîche. La Bruce County Federation of Agriculture a d’ailleurs souligné la contribution de M. Neil.

«Nous travaillons de près avec chacun des agriculteurs afin de perfectionner les systèmes d’abreuvement et de les rendre utiles à tous», ajoute M. Rodgers.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Effort communautaire

«Garder les troupeaux hors des cours d’eau, en espace clôturé, élimine de nombreuses causes évidentes de pollution de l’eau», souligne Mme Thorn en indiquant que d’autres projets sont en cours pour limiter l’érosion du sol des terres agricoles et que diverses analyses surveillent la qualité de l’eau.

«Ce projet a également permis à des agriculteurs et à des propriétaires de chalets de se concerter sur les problèmes de la qualité de l’eau et de trouver des solutions », ajoute Mme Thorn en expliquant que l’une des nouvelles analyses consiste à mesurer la présence de caféine dans les cours d’eau. « Évidemment, les bovins ne boivent pas de café. La présence de caféine dans l’eau est donc une indication de l’inefficacité des fosses septiques.»

Le projet Six Streams Initiative a rassemblé des gens de tous les âges et de tous les milieux au sein de la collectivité. Des bénévoles, dont des élèves du secondaire, ont notamment reçu une formation afin de devenir des collecteurs de données sur la qualité de l’eau certifiés. En outre, ces travaux ont stimulé l’économie régionale en favorisant la création d’emplois et l’approvisionnement en matériel.

«Le projet s’avère avantageux pour tous», indique Mme Thorn.

Le financement de la BPBA et du projet Six Streams Initiative est assuré en partie par le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique, le Programme de financement communautaire ÉcoAction d’Environnement Canada, la Fondation Trillium de l’Ontario, le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario, et le Lake Huron Georgian Bay Framework for Community Action.

De nouveaux systèmes d'abreuvement pour bovins en pâturage.
De nouveaux systèmes d’abreuvement pour bovins en pâturage.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur