Un concours d’art pour le 25e anniversaire de la Convention des Droits de l’Enfant

Partagez
Tweetez
Envoyez

La Convention internationale des Droits de l’Enfant célèbre ce 20 novembre son 25e anniversaire et appelle à une mobilisation encore plus importante.

Adoptée par les Nations unies le 20 novembre 1989, la Convention est le traité international relatif aux droits humains le plus rapidement et largement ratifié de l’histoire.

«Cette Convention a changé la manière dans les enfants sont perçus et traités, c’est-à-dire comme des êtres humains possédant des droits spécifiques et non des bénéficiaires passifs de soins et de charité», indique dans un communiqué la présidente du chapitre torontois d’Amnistie internationale, Meryll David Ismayil.

«Dans chaque région du monde, la Convention a provoqué des évolutions dans la loi ce qui a permis d’améliorer la vie de millions d’enfants.»

À Toronto, Amnistie internationale a décidé de se joindre aux efforts de la communauté internationale en proposant des projets pédagogiques à nos deux conseils scolaires francophones, Viamonde et le CSDCCS, ainsi qu’aux établissements privés Toronto French School et Lycée français. Des actions seront également menées dans des garderies francophones afin de sensibiliser les parents.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le Groupe 50 (c’est le nom du chapitre franco-torontois d’AI) lance par ailleurs un concours d’art qui veut permettre à chaque élève, quel que soit son âge, de «démontrer sa compréhension des droits de l’enfant à travers une production personnelle et créative».

Et comme les activités autour du 25e anniversaire ne doivent pas se limiter à la journée du 20 novembre, selon le Groupe 50, la durée du concours et des activités s’étendent jusqu’en mai 2015. Les résultats du concours seront annoncés pendant la Semaine de l’éducation.

«En cette année anniversaire, il revient à nous tous, parents, enseignants, militants, citoyens, de célébrer à sa juste valeur cette Convention, en mettant en avant les avancées dans le domaine des droits des enfants, mais également en rappelant tout le chemin qui reste à faire», de dire Meryll David Ismayil.

[email protected]

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur