Un comité pour mettre fin à l’itinérance

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le gouvernement libéral provincial s’est donné comme «objectif à long terme audacieux» de mettre fin à l’itinérance, créant un nouveau comité pour obtenir des conseils pratiques sur la meilleure façon d’aborder cet objectif.

Première étape: «la détermination de manières de définir et de mesurer l’itinérance». Car il n’existe pas pour l’instant de définition uniforme de l’itinérance ou de méthodologie permettant de quantifier le nombre de personnes sans abri en Ontario.

La nouvelle Stratégie de réduction de la pauvreté du gouvernement ontarien se concentre sur l’amélioration de la situation des personnes vivant dans la pauvreté en ce qui a trait aux possibilités d’emploi, à l’aide au revenu, à l’éducation et au logement.

Le comité sera coprésidé par Ted McMeekin, ministre des Affaires municipales et du Logement, et Deb Matthews, vice-première ministre, présidente du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Stratégie de réduction de la pauvreté, mais ses 13 membres proviennent d’horizons variés.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il s’agit de: Pedro Barata (Centraide Toronto), Maya Chacaby (Ontario Federation of Indigenous Friendship Centres), Michael Creek (Working for Change), Cheryl Forchuk (Université Western et Arthur Labatt Family School of Nursing), Stephen Gaetz (Université York et Canadian Observatory on Homelessness), Dr Stephen Hwang (Hôpital St. Michael), Dr Kwame McKenzie (Wellesley Institute et Centre de toxicomanie et de santé mentale), Mike Nadeau (commissaire des services sociaux de la Ville de Sault Ste. Marie), Joe-Anne Priel (administratrice générale des services communautaires et d’urgence de la Ville de Hamilton), Bruce Rivers (Covenant House), Aseefa Sarang (Across Boundaries), Michael Shapcott (Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance), Brian Smith (retraité de WoodGreen Community Services).

«Notre objectif de mettre fin à l’itinérance nous aidera à renforcer notre province et notre économie. Une personne qui a un domicile est en meilleure santé, plus prête à travailler et plus à même de contribuer à sa communauté», explique Mme Matthews.

Éventuellement, la province élaborera un plan d’action pour mettre fin à l’itinérance à partir des recommandations du comité et produira annuellement des rapports sur les progrès.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur