Un canon pour tuer une mouche

Partagez
Tweetez
Envoyez

Comme le projet de charte des valeurs québécoises fait couler beaucoup d’encre, je n’hésite pas à venir ajouter mon grain de sel. En jouant sur les mots, je dirais que «charte échaudée craint l’eau bénite».

Certains ajouteront: «quand la charte n’est pas là, les hijab dansent» ou encore «c’est de la bouillie pour les chartes».

D’autres diront que le ministre Bernard Drainville «met la charte devant les bœufs». Je dois rendre à César ce qui est à César et préciser que ces jeux de mots proviennent du caricaturiste Côté (La Presse).

Plus sérieusement, le gouvernement Marois tente d’inventer le principe de la législation préventive sur la base du malaise appréhendé.

Il convient d’encadrer les accommodements raisonnables, mais comment justifier d’interdire dans le public ce qui est permis dans le privé?

Toute la question du port de signes religieux ostentatoires ne repose pas sur des études approfondies ou des enquêtes statistiques.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Et il y a fort à parier que les tribunaux seront appelés à débattre de la question aussitôt la loi adoptée (si cela devait arriver). Car il s’agit peut-être tout simplement d’une stratégie pour provoquer le déclenchement d’une élection.

Chose certaine, le projet de charte renferme des bizarreries, comme le crucifix ostentatoire à l’Assemblée nationale, le serment sur la Bible et le fait que les députés ne seraient pas soumis à certains articles de la charte.

Il faut reconnaître que dans notre société les minorités suscitent souvent des malaises. C’est le cas des immigrants et des homosexuels plus visibles, des témoins de Jéhovah et des handicapés.

Le devoir du gouvernement, comme l’a écrit Vincent Marissal (La Presse), est de protéger les minorités, pas de les ostraciser. Pourquoi sortir alors un canon pour tuer une mouche?

* * *
À lire aussi dans L’Express:
Coup de barre salutaire? (27 août 2013)
Une Charte québécoise qui fait jaser… en privé (17 septembre 2013)
Charte, chape, écharpe… (3 décembre 2013)
Sociologie antisociale (16 janvier 2014)

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur