Un budget pour la rentrée

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les vacances d’été touchent à leur fin et avec elles une certaine insouciance.

Septembre, synonyme de rentrée scolaire et de reprise de travail pour certains, entraîne son cortège de questions et d’inquiétudes: «Nouvelle classe, nouvel établissement, que vais-je devenir, j’angoisse», «Retrouverais-je mes amis de l’année dernière?», «Mon prof sera-t-il un tyran?», «J’ai peur de ne pas avoir le niveau cette année»… «Mais mon dieu, combien va encore nous coûter cette année?»

Car c’est bien là, le souci majeur des parents: quel budget prévoir pour cette rentrée scolaire? Fournitures scolaires, uniformes, repas… Déjà abîmées par les vacances d’été, les finances ne risquent pas de porter mieux avec les dépenses liées à la reprise de l’école.

Fournitures scolaires

Un peu tard pour cette année, mais valable pour la prochaine rentrée: demander aux enseignants en fin d’année la liste de fournitures scolaires pour l’année suivante et partir pronto en grande surface faire les emplettes nécessaires.

1) On est encore dans l’ambiance école et pas encore partis en vacances, dépenser pour du matériel éducatif n’est pas encore trop pénible.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

2) La «mode» des affaires de la rentrée n’est pas encore sortie et les supermarchés ont plutôt tendance à «liquider» leur fin de série. Donc les articles sont moins chers ou bradés.

3) On évite les foules de la rentrée qui s’y prennent à la dernière minute.

Pour ceux qui se retrouvent à faire les courses en ce moment critique, viser si possible les gros distributeurs Cosco, President’s Choice…, à la première heure pour prévenir la queue aux caisses.

Ne pas y aller avec les enfants qui auront toujours envie de l’article le plus cher et prendre par lot (les enfants auront de toute façon besoin de plusieurs crayons, stylos et tubes de colle durant l’année et cela évitera les stress de dernière minute).

Penser auparavant à faire le tri avec vos enfants dans le matériel de l’année dernière et dans ce que les aînés peuvent léguer aux plus jeunes: un classeur en bon état peut encore servir, une calculatrice aussi.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour les parents qui souhaitent responsabiliser leurs enfants en leur faisant faire les courses eux-mêmes, estimer et définir le budget que vous estimez incontournable pour ce genre de dépenses et laisser clairement entendre à votre enfant que tout dépassement sera de sa poche (c’est-à-dire l’argent qu’il/elle aura gagné en gardant des enfants ou en faisant du jardinage pour les voisins).

Vêtements et repas

Cette organisation s’applique aux vêtements. Il n’est pas nécessaire que les enfants aient une dizaine de pantalons et de robes, ni trois paires de chaussures de ville ou de sport (combien en avez-vous vous-même dans votre placard?). Une de chaque suffit. Pour le reste, il faudra que l’intéressé se débrouille pour gagner de quoi en acheter une supplémentaire.

Pour ceux qui portent l’uniforme, est-ce que celui qui ne va plus au plus grand peut aller au suivant? Les couleurs et les modes dans ce cas ne changent pas et on peut faire des économies.

Pour les repas et les en-cas, prévoir quelques incontournables qui peuvent se garder un moment avant d’être ouverts, et qui vous sauveront la mise le jour où vous n’aurez (vous ou/et votre enfant) pas eu le temps de cuisiner un plat ou de préparer un gâteau pour le goûter et quand il n’y aura plus de fruits et légumes frais dans le réfrigérateur.

Et bien sûr, éviter de faire ce genre d’achat avec vos enfants, attirés par toutes les friandises que vous vous maudirez d’avoir finalement achetées pour avoir la paix.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Activités extrascolaires

Il y a aussi ces dépenses-là, nécessaires aux familles nord-américaines. Essayer de limiter les dépenses à une activité payante par enfant. Un peu de temps pour lui rêver, jouer avec les voisins, lire, passer du temps avec vous, les frères et sœurs ou pour faire du bénévolat n’est pas un luxe.

Bien discuter avec votre enfant de ce qu’il aime le plus faire ou continuer comme activité. Le responsabiliser en lui demandant de faire un choix ou le faire vous-même en fonction de votre emploi du temps, de la proximité du lieu où se déroule l’activité et de ce que vous pensez intéresser votre tout jeune enfant.

Une organisation autour du temps libre sera nécessaire, mais une fois mise en route, elle vous épargnera du temps et de l’argent.

Enfin, dans tous les cas, c’est vous qui maîtrisez les dépenses. Jouez avec quelques astuces ou des points accumulés à échanger et la rentrée budgétaire devrait se faire avec moins d’angoisses et de difficultés.

* * *
À LIRE AUSSI DANS L’EXPRESS:
Le vent dans les voiles devient le symbole du CSDCCS
Plus de 10 000 élèves à Viamonde

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur