Un autre succès pour le Théâtre Étienne-Brûlé

Pas facile de se débarasser du rocker dans Femme cherche homme désespérément au Théâtre Étienne Brûlé. (Photo: Nathalie Prézeau)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Pour une 22e année consécutive, sous la houlette de l’enseignant et metteur en scène Luc Bernier, le Théâtre Étienne-Brûlé a fait salle comble, dans l’école secondaire franco-torontoise du même nom, pour l’unique soirée grand public de sa production Jeune femme cherche homme désespérément.

Le chassé-croisé amoureux des deux filles et cinq gars sur scène a déclenché l’hilarité à de nombreuses reprises, grâce notamment au personnage du rocker aux yeux noirs qui envahit l’appartement des jeunes femmes, qui en deviennent réellement désespérées.

Des étudiants techniciens issus d’autres classes de l’école ont également participé à la production, appuyée par trois professionnels: la prof d’arts visuels Julie-Nadia Rancourt et l’entrepreneur en construction Charles Sanders pour les décors, présents depuis quelques années déjà, et pour la première fois par l’éclairagiste Micheal Brunet, du Théâtre français de Toronto.

Luc Bernier et ses étudiants travaillent aussi avec le théâtre de création La Tangente, de Claude Guilmain et Louise Naubert, qui célèbre cette année son  20e anniversaire. Claude Guilmain en a profité pour rappeler qu’il a lui-même étudié à l’école Étienne-Brûlé.

Dans l’assistance se trouvaient aussi les collégiens français du village natal du coureur des bois, venus présenter en Ontario leur spectacle musical Sur les traces d’Étienne Brûlé, notamment à l’Alliance française de Toronto samedi et à l’école Étienne-Brûlé lundi.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur