Troisième album pour le rappeur de l’Outaouais ZPN

Un sage novice


10 mai 2011 à 10h59

Amateur de musique rap depuis son adolescence en France, ZPN, alias David Muipatayi, a depuis pris le micro et sorti trois albums dont le dernier qui est dans les bacs depuis quelques jours. Première classe, lancé fin avril à Ottawa, traite de sujets tels que l’égalité homme-femme et le respect que doivent avoir les premiers envers les secondes, ou encore de politique. ZPN était à Toronto en milieu de semaine dernière pour parler de son album Première classe, qui s’est fait attendre cinq longues années.

Élevé aux sons de groupes comme NTM, IAM, Assassins, ou de rappeurs solo comme MC Solaar, ZPN place la barre haute dans ses textes et dans les sujets qu’il décortique. Depuis ses débuts en 1999, sa plume s’est acérée et la recherche de la précision devenue le but ultime de son écriture.

«Je me considère encore novice dans l’écriture et j’admire des artistes comme Solaar, Ahknaton, Shurik’n. Tu te dis «mais comment il a fait pour penser à un truc pareil». Je pense que l’écriture était au fond de moi. Mon premier texte ressemblait à une rédaction d’école, mais à force tu comprends la structure, ça devient plus simple de développer un sujet.» Avec trois minutes pour faire comprendre de quoi on parle la chanson s’apparente à un exercice d’équilibre où chaque mot doit être soupesé pour rester synthétique dans la forme. ZPN garde toujours cette idée en tête: «Tu dois trouver une manière d’être le plus précis possible pour atteindre ton objectif».

Arrivé de France au milieu des années 90, David Muipatayi rejoint son frère à Ottawa et reprend ses études.

Il écrit son premier texte et s’inscrit à un concours de chant. Il est le seul rappeur et remporte le prix du public. Il saisit cette formidable opportunité pour se faire des contacts et rapidement on lui demande de faire des spectacles. Assurer un minimum de spectacle ne lui pose pas de problème, mais pour tenir 40-50 minutes sur scène il faut du matériel, des chansons et des morceaux. Et ça, à l’époque il ne l’a pas.

Avec d’autres rappeurs, il monte Afroconnexion et sortent un premier album en 2002. Il n’y en aura pas d’autres, toutes les tentatives ont ensuite avortées.

Alors ZPN embarque pour une carrière solo. Au début, ses textes sont acerbes, énervés, mais avec l’expérience, il apprend à passer cette émotion dans le texte et non dans la forme.

«Je parle de politique, de près ou de loin, les stéréotypes de notre monde et les problèmes qui viennent avec ça. Je parle aussi beaucoup de famille, dans mon dernier album il y a une chanson qui s’appelle «Pour la femme». La première différence entre les hommes c’est le sexe. Le clash homme-femme doit être réparé. Il faut revaloriser la femme en tant qu’être humain. Reconnaître ce que nos mères, grand-mères, sœurs ont fait pour la société.»

À mille lieues des rappeurs «gangsta» qui mettent en avant le côté femme-objet achetée et dévalorisée à coup de liasses de billets.

Ancré dans le milieu hip-hop de l’outaouais, ZPN pense que le rap a un bel avenir devant lui en français.

«Il y a beaucoup de jeunes qui écrivent de bonnes choses.» Et pour être certain que la tradition continue, ZPN donne des ateliers dans les écoles francophones.

«La musique en français ce n’est pas cool chez les jeunes, mais quand tu viens leur montrer ton rap en français ça devient cool. Ça leur permet de voir ce qu’on peut faire avec le français. Je donne aussi des ateliers d’histoire du mouvement hip-hop et de break dance. D’un côté ça ouvre les yeux aux jeunes, mais aussi aux écoles.»

Sur la voie de ses maîtres, ZPN pense déjà à transmettre son savoir.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Montée de l’anti-bilinguisme au Nouveau-Brunswick

élections 24 septembre 2018
Les francophones n'ont rien à gagner et tout à perdre des élections de lundi prochain
En lire plus...

18 septembre 2018 à 15h59

Le Centre francophone veut ralentir le roulement du personnel

555 Richmond Ouest, 3e étage
Assemblée générale optimiste après une année de démissions et de restructuration.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 13h33

Un match complètement fou entre Toronto FC et Los Angeles Galaxy

Toronto FC - Los Angeles Galaxy
Le Toronto FC accueillait Los Angeles Galaxy ce samedi soir dans son antre du BMO Field pour une rencontre décisive dans la course aux...
En lire plus...

18 septembre 2018 à 12h00

Hommage à la «robe Dôme» d’Iris van Herpen au ROM

Stylianos Pangalos
Le musée a accueilli le réalisateur Stylianos Pangalos et l'architecte Philip Beesley pour une ciné-conférence sur le thème de l'art, de la mode et...
En lire plus...

18 septembre 2018 à 11h00

Pénurie d’enseignants : les professionnels de l’immersion prennent les devants

immersion
Campagne de valorisation de la profession et portail de recrutement
En lire plus...

18 septembre 2018 à 9h00

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Le Toronto Wolfpack sort victorieux d’une rencontre historique

Toronto Wolfpack - Toulouse Olympique
Le Toronto Wolfpack a battu 13-12 le Toulouse Olympique lors d'une rencontre de rugby à treize historique ce samedi au stade Lamport.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 15h00

La démocratie pour de vrai… ou presque!

PFJA
Deuxième édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h10

Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

AGA Oasis membres
Bilan annuel plutôt favorable et encourageant à l'assemblée générale d'Oasis Centre des femmes.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur