Toute la recherche scientifique accessible gratuitement?

science

La bibliothèque de l'Université de Washington.


8 septembre 2018 à 9h00

Onze organismes subventionnaires majeurs dans autant de pays européens, dont la France et la Grande-Bretagne, ont dévoilé mardi un plan «radical» pour rendre toute la recherche scientifique accessible gratuitement dès sa publication, d’ici deux ans. Certains éditeurs ne sont pas contents.

Ce «plan S» s’inscrit dans une volonté mise de l’avant depuis plusieurs années par certains de ces organismes: que toute la recherche financée par les fonds publics de leur pays soit, une fois publiée, en «accès libre» pour tous, plutôt que réservée aux seuls abonnés d’une revue.

Dès 2020

La différence, c’est d’une part la volonté de mettre le plan en œuvre rapidement — en 2020 — et d’autre part, qu’il s’agisse d’une volonté commune affichée par un aussi grand nombre de pays.

«Aucune science ne devrait être enfermée derrière des murs payants», lit-on dans le texte d’introduction. Une déclaration qui, il y a 20 ans, était réservée à des organismes militants pour ce qu’on appelait la «science ouverte» ou «l’accès libre à la recherche», mais qui a lentement fait son chemin, depuis les années 2000, au sein des organismes subventionnaires publics et des universités.

Revues menacées

Trop lentement toutefois, au goût des auteurs de la nouvelle politique. Le gros obstacle: les revues scientifiques, pour qui les abonnements de dizaines de milliers d’universités et de bibliothèques constituent encore un pactole.

Elles ont d’ailleurs réagi prudemment: un porte-parole de leur association (International Association of Scientific, Technical and Medical Publishers), qui représente 145 éditeurs, a déclaré à un journaliste de la revue Nature que l’association était favorable à «l’expansion de l’accès», mais que certaines parties du plan «nécessitaient d’être prises en considération» afin d’éviter «toute limitation à la liberté académique».

Ce plan «menace l’ensemble du système de publication de la recherche», a répondu à un journaliste de la revue Science un porte-parole de l’éditeur Springer Nature, qui publie plus de 3000 revues.

L’Allemagne en retrait

Par ailleurs, certains pays européens n’ont pas encore adhéré à ce «plan S» dont, au premier plan, l’Allemagne.

Selon une analyse parue en décembre 2017, seulement 15% des revues scientifiques publieraient immédiatement leurs textes en accès libre.

Un tiers, dont certaines des plus prestigieuses, sont encore derrière un mur payant, bien que certaines «libèrent» leurs textes après un délai de six mois — se soumettant ainsi aux normes édictées dans la dernière décennie par d’influents bailleurs de fonds, comme le National Institutes of Health des États-Unis.

Et les autres sont des «hybrides», c’est-à-dire qu’ils libèrent immédiatement certains textes et réservent la plupart aux abonnés, indéfiniment. Ce sont ceux-là qui subiraient le plus fort impact de la nouvelle politique, puisque l’accès réservé n’existerait plus, sauf durant une période de transition que les promoteurs du plan veulent «la plus courte possible».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Le PLOE : un programme fédéral qui a besoin d’un grand ménage

L’année 2020 marquera le 50e anniversaire des transferts en éducation aux provinces et territoires, mais trouve-t-on dans le bilan du Programme de quoi célébrer?
En lire plus...

10 novembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur