Toronto Centre reste libéral

Partagez
Tweetez
Envoyez

Me voilà rendu à l’une de mes dernières chroniques de l’année. J’en profite pour revenir sur un thème qui m’est cher: le niveau de bilinguisme de nos représentants politiques. Toronto Centre a été gâté avec Bill Graham et Bob Rae, mais je me pose des questions avec l’arrivée de Chrystia Freeland.

Je dis que nous avons été gâtés, mais Graham et Rae ne m’ont jamais envoyé leur bulletin d’info en français.

Le chef actuel continue de communiquer avec moi en anglais parce que je vis à Toronto.

Le jour du vote, Justin était dans Toronto Centre et il s’est brièvement arrêté à Place Saint-Laurent. Je l’ai raté d’une heure ou deux.

J’aurais aimé l’apostropher au sujet de sa manie de m’écrire en anglais ou de me laisser des messages téléphoniques en anglais seulement.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les dernières élections complémentaires ne me semblent pas un bon baromètre pour prédire ce qui pourrait arriver lors des élections générales de 2015. Le 25 novembre dernier, aucun des quatre comtés n’a changé d’allégeance.

Dans Toronto Centre, peut-être à cause de la présence active des chefs de partis, les libéraux sont passés de 41% à 49,1% des voix exprimées et les néo-démocrates ont grimpé de 30,2% à 36,4%.

Au Manitoba, les conservateurs ont perdu des plumes, mais ont conservé leurs deux sièges mis en élection. Les libéraux sont au deuxième rang et les néo-démocrates loin en troisième position. J’y vois un signe que la vague orange ne semble pas prête à déferler dans l’Ouest canadien.

D’autres imaginent déjà que les libéraux de Justin Trudeau sont en train de se positionner pour brasser sérieusement la cage en 2015. Moi, je crois que Thomas Mulcair n’a pas encore dit son dernier mot.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur