Toronto a ouvert 175 portes

Partagez
Tweetez
Envoyez

Doors Open Toronto (Portes ouvertes de Toronto) a célébré son dixième anniversaire les 23 et 24 mai, qui coïncide cette année avec le 175e anniversaire de la Ville. Le public pouvait visiter gratuitement pas moins de 175 édifices ou lieux tels que le premier bureau de poste, la prison Don, l’actuel et l’ancien Hôtel de Ville, le Jardin botanique, le Musée d’art inuit, Elgin and Winter Garden Theatre Centre et plusieurs églises.

J’en ai profité pour visiter la maison de William Lyon Mackenzie, premier maire de Toronto (1834). Sise au 82 de la rue Bond, juste à côté de la cathédrale St. Michael’s, cette maison le lit dans lequel Mackenzie dormait, sa table de travail et sa salle à manger.

Une exposition brosse un portrait détaillé de ce fougueux politicien et chef de la rébellion dans le Haut-Canada. On nous raconte aussi l’année tumultueuse que Mackenzie passa à la tête du premier conseil municipal de Toronto.

Chemin de croix

Comme j’étais à deux pas de la cathédrale St. Michael’s, je suis entré revoir une facette peu connue de ce lieu de culte. Il s’agit du Chemin de croix qui est en français seulement. Quelle en est la raison?

Lorsque Mgr Armand-François-Marie de Charbonnel est nommé évêque de Toronto, en 1850, la construction de la cathédrale est presque terminée mais il y manque un chemin de croix. L’évêque est français et ses contacts sont en France. Il commande les quatorze stations et elles arrivent par bateau.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les inscriptions sont évidemment en français, ce qui n’a pas posé un problème puisqu’il s’agissait d’un cadeau épiscopal. Ce chemin de croix a le mérite d’illustrer le passage d’un évêque francophone, le seul, à la tête du plus grand diocèse de l’Ontario.

Design Exchange

L’édifice Design Exchange, situé au 234 de la rue Bay, mérite un arrêt pour quiconque s’intéresse à l’art déco. La porte d’entrée est composée d’une série de disques métalliques qui représente diverses sphères d’activités: mines, agriculture, sidérurgie, hydroélectricité, automobile, sciences, etc.

La principale salle à visiter dans cet édifice qui date de 1937 est celle où avaient lieu, jadis, les tractations boursières (Toronto Stock Exchange). On peut y admirer des murales de l’artiste Charles Comfort.

Dame Nature a certainement donné un coup de main pour assurer le succès de la dixième édition des Portes ouvertes torontoises.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur