Talisco : de la publicité française aux festivals internationaux

Talisco a réveillé le Great Hall au son des guitares. (Photos: Vinciane Couffy)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Difficile de ne pas connaître en France les morceaux aux sonorités pop-rock de Talisco, de son vrai nom Jérôme Amandi. The Keys, ou encore Your Wish, résonnent en chacun de nous si on a passé un peu trop de temps devant les réclames de la télévision. Talisco, «c’est le mec de la pub» dans l’hexagone.

«J’ai eu énormément de chance avec cela. On a une grande liberté artistique dans les publicités, beaucoup plus importante qu’à la radio, avec laquelle on doit ajuster la musique pour qu’elle corresponde à un certain format», confie Talisco à L’Express.

Néanmoins, l’artiste, né à Bordeaux, ne s’est pas contenté de séduire le public français. Dès son premier album, Run, en 2014, il part en tournée en Europe et conquiert de nouveaux cœurs.

L’aventure se poursuit même outre-Manche pour son deuxième album, Capitol Vision, mixé par le célèbre Joshua Jaycen, qui a collaboré avec Jay-Z, Justin Timberlake, ou encore Snoop Dogg. Après avoir livré une centaine de concerts en Europe, Talisco s’empare des scènes d’Amérique du Nord (New York, Los Angeles, Chicago, etc.).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Troisième album présenté à Toronto

Dans le cadre de la Canadian Music Week, l’artiste est revenu samedi dernier à Toronto, mais cette fois-ci sur les planches du Great Hall, rue Queen Ouest, pour présenter les chansons de son troisième album, Kings And Fools, sorti le 29 mars 2019.

Organisé par Live Nation France, le concert, avec Skip the Use également au programme, a assuré une soirée «électrique» et pleine de fougue au public plus qu’endiablé.

Talisco et Thomas Pirot sur scène.

La frénésie des tournées

«Je suis sorti de deux ans de tournées, pour mon deuxième album, qui ont été assez massives, à mon goût un peu trop», témoigne Talisco à L’Express.

D’où le titre de son troisième opus. «Je n’ai fait que déverser et raconter ce que j’avais vécu durant ces deux années. «Kings», en référence à l’exubérance royale, et «Fools», pour dépeindre une certaine folie, ce sont les extrêmes: les moments magiques mais aussi très difficiles des tournées.»

Deux musiciens

Talisco s’est ainsi isolé quelque temps dans le Sud de la France pour concevoir cet album. Il écrit en effet les paroles et compose la musique de toutes ses chansons lui-même. «Il n’y a rien de glorieux à ça, c’est juste ma façon de fonctionner», a-t-il tenu à préciser.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le chanteur est accompagné depuis ses débuts sur scène par les mêmes musiciens: Gautier Vexlard à la batterie et Thomas Pirot à la guitare et la basse.

«L’idée d’être seul sur scène, d’être en avant comme plein d’artistes le font aujourd’hui, ça ne me branche pas vraiment.»

Gautier Vexlard à la batterie.

Chanter en anglais pour rendre la musique universelle

C’est par ses parents, pourtant espagnols, que Talisco s’est familiarisé avec la musique anglophone. «J’ai toujours aimé l’anglais, je trouve que c’est une langue très mélodique.»

De plus, l’anglais porte bien souvent la musique de manière universelle selon ce dernier.

«J’ai passé des années, comme beaucoup de gens, à écouter des artistes sans savoir ce qu’ils racontaient.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ce qui ne l’empêchait pas de profiter de la musique, bien au contraire. «Ça laisse un champ d’évasion qui est énorme. On se concentre uniquement sur l’émotion que véhiculent la voix et la musique.»

Différentes réceptions selon les publics

Si l’anglais de ses chansons apporte une touche universelle, Talisco reconnaît néanmoins que la réception du public varie dans le temps, mais surtout dans l’espace.

«The Keys, ça résonne bien en France. J’entends dans le public: « c’est le mec de la pub ». Et Thousand Suns a beaucoup été écouté en Suisse et en Allemagne, alors qu’il n’a même pas de clip en France.»

Talisco présentera son troisième album dans l’hexagone dès le mois de mai, jusqu’au mois de décembre.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur