Syrie : premier atterrissage après 8 ans à l’aéroport d’Alep

Conférence Russie-France-Allemagne-Turquie le 5 mars pour réduire la tension

Partagez
Tweetez
Envoyez

L‘aéroport international d’Alep, la deuxième ville de Syrie, a repris ses activités le 19 février après 8 ans de fermeture en raison de la guerre. Le premier avion civil y a atterri avec 120 passagers, dont les ministres syriens des Transports et du Tourisme.

Ce vol est intervenu quelques jours après que les forces gouvernementales aient reconquis toutes les banlieues autour d’Alep, sécurisant la deuxième ville du pays en repoussant jihadistes et rebelles qui tiraient des roquettes sur la grande métropole du nord.

Les vols réguliers entre Alep et Le Caire, Beyrouth, Erevan et d’autres villes de la région reprennent progressivement.

Un avion des lignes syriennes à l’aéroport d’Alep.

Opérations à Idleb

Rappelons que le régime de Bachar Al Assad et ses alliés russes mènent actuellement une importante opération dans la région d’Idleb, à une soixantaine de kilomètres à l’ouest d’Alep, afin de reconquérir cette région.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé samedi un sommet le 5 mars avec les dirigeants de la Russie, de la France et de l’Allemagne pour discuter des affrontements et de la crise humanitaire dans la province d’Itleb.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Si la Turquie ouvre sa frontière aux réfugiés syriens et leur permet de passer en Grèce, l’Europe de l’Ouest pourrait faire face à une nouvelle vague migratoire déstabilisante.

Le président russe Vladimir Poutine soutiendrait un tel sommet sur la Syrie, afin d’«éviter le développement des relations russo-turques à la lumière de la situation à Idleb», car il blâme la Turquie de ne pas avoir respecté ses engagements à cet endroit.

Macron, Merkel, Erdogan, Poutine.

Menaces à la frontière turque

De son côté, un porte-parole de la présidence turque a souligné que «les mesures prises par le président syrien ont conduit au meurtre d’innocents et à la destruction de la stabilité dans la région»… «Nous ferons face à des millions de personnes déplacées à notre frontière et à une menace croissante pour notre sécurité.»

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a rapporté que les Russes avaient lancé une série de raids aériens ciblant les forces turques au sud de la ville d’Idleb. Un grand nombre de soldats syriens lourdement armés ont atteint ce front, vers lequel convergent des éléments de l’armée turque.

Par ailleurs, l’Iran, un autre allié du régime syrien, participerait également à d’autres discussions avec la Russie et la Turquie, qui suivront la conférence à quatre du 5 mars. Ce rapprochement est suivi de près à Washington, l’Iran étant sa bête noire dans la région, alors que la Turquie est membre de l’OTAN.

Alep, dans le nord de la Syrie, est la 2e ville du pays (capitale: Damas). Idleb, un peu plus à l’ouest, est proche de la frontière avec la Turquie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur